International
URL courte
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)
8411
S'abonner

Evo Morales, qui se trouvait depuis près d'un mois au Mexique après qu’il y a obtenu l'asile politique, s'est rendu temporairement à Cuba. Selon son entourage, l'ancien Président bolivien va rencontrer l’équipe de médecins cubains qui l'avait soigné en Bolivie.

Après avoir vécu près d’un mois en asile au Mexique, Evo Morales a quitté ce pays pour se rendre le 6 décembre à Cuba.

«Nous précisons qu'aujourd'hui M. Morales est parti dans la matinée en direction de Cuba», a écrit sur Twitter le porte-parole de la diplomatie mexicaine, Roberto Velasco.

«D'après nos informations, il s'agit d'un voyage temporaire. Pour le moment ce sont les seuls renseignements disponibles», a-t-il ajouté.

​Cause du voyage

Selon Gabriela Montano, ex-ministre bolivienne de la Santé, l'ancien Président est parti à Cuba pour des consultations médicales.

«Evo Morales est à Cuba où il rencontrera l’équipe de médecins cubains qui l'avait soigné en Bolivie», a-t-elle déclaré à Reuters.

Départ de Morales

Sur fond des manifestations déclenchées par sa réélection à la présidence le 20 octobre, Evo Morales a annoncé le 10 novembre sa démission. L’ex-dirigeant a dénoncé un coup d'État fomenté par ses rivaux politiques.

Dans la nuit du 11 au 12 novembre, un avion militaire l’a transporté au Mexique, pays qui lui a accordé l’asile politique.

La présidente du Sénat, Jeanine Añez, s'est proclamée Présidente intérimaire.

Dossier:
Crise politique en Bolivie et départ d'Evo Morales en novembre 2019 (32)

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
Tags:
Bolivie, asile politique, Evo Morales, Cuba, Mexique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook