International
URL courte
161
S'abonner

Après une publication d’une collégienne de 12 ans, où la fille menace de tuer des élèves de son collège, elle a été interpellée, ont annoncé les forces de l’ordre.

Une collégienne de 12 ans a été arrêtée en Floride ce weekend, accusée d'avoir menacé sur le réseau Snapchat de tuer des élèves de son établissement scolaire, a indiqué le bureau du shérif du comté de Broward.

La jeune fille, qui n'a pas été identifiée, a mis en ligne vendredi 6 décembre un message sur ce réseau social avant d'être placée en garde à vue samedi soir et transférée dans un centre pour mineurs, selon le bureau du shérif du comté de Broward, cité par l’AFP.

«La menace comprenait une liste de personnes à abattre avec le nom d'étudiants du collège Falcon Cove», situé à Weston, ont précisé dans un communiqué les autorités locales.

«Une autre menace a été publiée sur le réseau social plus tard vendredi après-midi, qui signalait que les élèves n'étaient pas en sécurité et qu'ils seraient tués lundi 9 décembre», poursuit ce communiqué.

Fusillade de Parkland

Située au nord de Miami, Weston n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres de Parkland, où un tireur a abattu 17 personnes dans son ancien lycée le jour de la Saint-Valentin 2018.

Selon les autorités, le post de la jeune fille a été signalé par une autre élève et l'un de ses parents. La collégienne a reconnu avoir écrit ce message, selon le bureau du shérif.

«Elle fait face à deux chefs d'accusation, d'une menace écrite pour tuer et de fausse déclaration concernant une arme à feu», précise le communiqué.

Lire aussi:

Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Après de nombreuses péripéties, Erdogan annonce la fin de la réalisation de l’accord sur les S-400
Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
L’homme et la femme les plus riches du monde sont Français, selon Forbes
Tags:
États-Unis, menace, Snapchat
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik