International
URL courte
36403
S'abonner

La candidature d’adhésion de la Turquie à l’UE n’a pas été approuvée à cause de sa population musulmane, a déclaré Recep Tayyip Erdogan, cité par l’agence Anadolu. Il a également rejeté la version selon laquelle la population du pays serait trop importante.

Tandis que les négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne se trouvent au point mort, le Président turc a expliqué la cause pour laquelle selon lui le pays n’était toujours pas un État membre de l’UE, a fait savoir l’agence turque Anadolu.

Citant une raison précédemment avancée, selon laquelle la population turque serait trop importante, il a déclaré que la demande de la Turquie n’avait pas été acceptée à cause de sa population majoritairement musulmane.

Cependant, les raisons officielles du refus d’intégrer la Turquie sont son emplacement géographique, situé en dehors de l’Europe, espace dont il ne partage pas les valeurs démocratiques, et la question de la partition de Chypre, membre de l’UE, qui pose toujours problème.

Le processus d’adhésion

En 2017, le Président turc avait qualifié l’Union européenne de «bloc de croisés», hostile à l’islam. Plus tard, il a accusé l’UE d’avoir ralenti le processus des négociations et a menacé d’organiser un referendum dont les résultats pourraient inciter à Ankara de revoir son intention d’adhésion.

La candidature turque d’adhésion à la Communauté européenne avait été déposée en 1987. Elle n’a été retenue officiellement qu’en 1999. Un accord d’union douanière entre la Turquie et l’Union a été signé en 1995.

Les négociations entre l’UE et Ankara ont été suspendues plusieurs fois depuis leur début en 2005 en raison de désaccords entre les deux parties.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, islam, musulmans, Union européenne (UE), Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik