International
URL courte
137
S'abonner

Plusieurs tirs entendus dans le campus de l’université Jamia Millia Islamia à New Delhi ont provoqué un mouvement de panique parmi les étudiants, comme le montrent des images mises à la disposition de Sputnik.

La police de New Delhi s’est déployée sur le campus de l’université Jamia Millia Islamia ce dimanche 15 décembre. Cette opération de police a coïncidé avec des informations sur plusieurs tirs entendus par des étudiants.

​D’après l’agence Asian News International (ANI) qui cite le surveillant en chef de l’université Waseem Ahmed Khan, la police est entrée de force dans le bâtiment du campus et aurait interpellé plusieurs étudiants.

​L’agence publie également des images de plusieurs policiers qui font face à des manifestants dans une rue à proximité de l’université. D’après le média, pour disperser les manifestants qui se prononcent contre la loi sur les réfugiés adoptée récemment par le gouvernement du pays, la police a dû utiliser du gaz lacrymogène.

​Parlant à la presse, un représentant des forces de l’ordre a indiqué que des manifestants, évincés par la police de la rue, étaient entrés dans l’université d’où ils ont commencé à jeter des pierres contre les policiers, ce qui a obligé ces derniers à intervenir dans le campus. Il a toutefois nié les rumeurs selon lesquelles la police a tiré contre les étudiants.

​Une loi contestée

La chambre basse du parlement indien a adopté en début de semaine un projet de loi facilitant l'obtention de la nationalité indienne pour les réfugiés à condition qu'ils ne soient pas musulmans.

Selon l’AFP, le projet d'amendement sur la citoyenneté, adopté par 311 voix contre 80, dispose que les hindous, sikhs, bouddhistes, jains, parsis et chrétiens qui fuient les persécutions auxquelles ils sont confrontés en Afghanistan, au Bangladesh et au Pakistan, trois pays à majorité musulmane, peuvent se voir attribuer la citoyenneté indienne.

Le vote a donné lieu à plusieurs manifestations dans le nord-est de l'Inde dont les participants appelaient le gouvernement à renoncer à la loi qui, selon eux, pourrait diviser le pays sur des critères religieux.

D’après le dernier bilan cité par l’AFP, au moins six personnes ont péri en marge des affrontements entre des manifestants et les forces de l’ordre.

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Tags:
tirs, police, Inde, New Delhi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook