International
URL courte
7810
S'abonner

La Chambre des représentants américaine a adopté une loi interdisant au gouvernement d'acheter du matériel de télécommunication à des entreprises considérées comme des menaces à la sécurité nationale, comme Huawei.

Lundi 16 décembre, la Chambre des représentants a adopté à l’unanimité le projet de loi bipartite sur les réseaux de communication sécurisés et approuvés, interdisant au gouvernement d'acheter du matériel à Huawei, entreprise considérée comme une menace à la sécurité des États-Unis. La loi pourrait être votée au Sénat dès cette semaine, rapporte The Hill.

La législation interdit notamment à la Federal Communications Commission (FCC) de distribuer des fonds pour acheter des équipements de télécommunication à «toute entreprise qui représente un risque pour la sécurité nationale», tout en exigeant du gouvernement qu'il aide les petits fournisseurs à en finir avec le matériel douteux sur le sol américain.

Un milliard débloqué pour remplacer l’équipement suspect

Le projet de loi oblige la FCC à mettre en place un programme d'un milliard de dollars pour aider les petits fournisseurs ruraux à se débarrasser de tout «équipement réseau suspect» et à le remplacer par des produits jugés «sécurisés».

Huawei et la liste noire

En mai, le Département du Commerce des États-Unis inscrit Huawei sur sa liste noire, l’empêchant ainsi d’acheter des technologies et des composants américains. Le géant chinois est interdit de faire affaire avec des sociétés américaines sans licence adéquate. Google annonce dans la foulée la rupture de sa coopération avec Huawei à qui il coupe l’accès à ses technologies et logiciels.

Plus tard, les États-Unis décident d’accorder des prolongations à Huawei lui permettant d’acheter des marchandises américaines pour le maintien des réseaux et le renouvellement des logiciels des téléphones qui existent aujourd’hui (la dernière prolongation a pris effet le 19 août pour 90 jours).

L’administration des États-Unis accuse Huawei de coopération avec les forces armées et les services de renseignement chinois et d’espionnage possible des clients. De plus, les États-Unis persuadent certains pays de ne pas utiliser l’infrastructure et l’équipement Huawei pendant leur transition vers la téléphonie mobile 5G. La société chinoise affirme que ces accusations sont infondées, politiquement motivées et violent les principes de la libre concurrence.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
L’acte 62 des Gilets jaunes se poursuit dans la soirée à Paris
Tags:
projet de loi, Huawei, Chambre des représentants des Etats-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik