International
URL courte
7137
S'abonner

Le parquet bolivien a émis un mandat d’arrêt contre l’ancien Président Evo Morales qui a quitté le pays et se trouve actuellement en Argentine.

L’ancien Président bolivien Evo Morales fait désormais l’objet d’un mandat d’arrêt dans son pays, a annoncé le ministre bolivien de l’Intérieur Arturo Murillo, postant une photo du document sur Twitter.

​Le parquet bolivien a émis ce mandat dans le cadre d’une enquête ouverte pour sédition, terrorisme et financement du terrorisme.

L’acte, signé par les procureurs de La Paz, Jimmy Almanza et Richard Villaca, ordonne aux forces de l'ordre «d'arrêter et de conduire Juan Evo Morales Ayma au siège du ministère public».

Evo Morales en exil

Contraint à la démission le 10 novembre, après trois semaines de manifestations contre les résultats de la présidentielle et lâché par l’armée et la police, Evo Morales est d’abord parti pour le Mexique.

Le 12 décembre, il a reçu un asile en Argentine. La Présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Anez, a annoncé le 14 décembre l'émission imminente d'un mandat d'arrêt contre lui.

Le Parlement bolivien a voté fin novembre une loi organisant la tenue d’élections présidentielle et législatives auxquelles Evo Morales n'aura pas le droit de participer. La date n'en a pas encore été fixée.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
mandat d'arrêt, Bolivie, Evo Morales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook