International
URL courte
Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2019 (9)
11783
S'abonner

L’Ukraine, la France et l’Allemagne ont insisté pour que les représentants des républiques autoproclamées du Donbass signent les accords de Minsk, reconnaissant ainsi leur existence, selon Vladimir Poutine.

L’ex-Président ukrainien Petro Porochenko, qui représentait l’Ukraine lors des pourparlers à Minsk consacrés au sort de son pays, avait insisté pour que les accords de Minsk soient signés entre autres par les dirigeants des deux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, a indiqué Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse annuelle ce 19 décembre.

«Ils m’ont pris à la gorge tous les trois», a-t-il dit à propos de François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko, répondant à la question d’un journaliste ukrainien.

«Les représentants de ces républiques autoproclamées refusaient de le faire. Mais nous les avons convaincus, et ils ont posé leurs signatures. Ainsi, l’Ukraine a reconnu elle-même que ces autorités existaient», a précisé le Président russe.

Sommet au format Normandie

Vladimir Poutine fait référence aux négociations qui ont eu lieu lors du sommet au format Normandie qui tire son nom d'une réunion quadripartite semi-officielle ayant eu lieu le 6 juin 2014 lors de la célébration du Débarquement de Normandie, dans le château de Bénouville. Cette réunion a été le point de départ d'une négociation diplomatique pour trouver une solution pacifique au conflit en Ukraine.

Un nouveau sommet au format Normandie, le premier depuis trois ans, s’est tenu le 9 décembre au palais de l’Élysée. Il a rassemblé les dirigeants de Russie, d’Ukraine, d’Allemagne et de France afin de régler la situation en Ukraine. Les parties sont tombées d'accord sur plusieurs points concernant l’apaisement du conflit en Ukraine, notamment sur le retrait des forces militaires de la ligne de contact dans le Donbass et sur l’échange de tous les prisonniers avant la fin de l’année 2019.

Statut spécial

En vertu des accords de Minsk, Kiev s’engageait à accorder un statut spécial aux régions de Donetsk et de Lougansk. Non contrôlées par Kiev, elles devaient obtenir ce statut après la tenue d’élections locales conformément à la législation ukrainienne et sous le contrôle d’observateurs internationaux. Mais les élections n’ont jamais eu lieu et le statut spécial est resté lettre morte.

Le 18 décembre, Volodymyr Zelensky a signé une prorogation du statut spécial du Donbass jusqu’au 31 décembre 2020. La loi ad hoc avait été adoptée par le parlement ukrainien en 2014, mais n’était jamais entrée en vigueur.

Selon les dernières informations de l’Onu, le conflit en Ukraine qui dure depuis avril 2014 a fait 13.000 morts. Malgré plusieurs accords sur un cessez-le-feu, les affrontements se poursuivent.

Dossier:
Grande conférence de presse de Vladimir Poutine - 2019 (9)

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
accords de Minsk, accords de Minsk II, Angela Merkel, François Hollande, Vladimir Poutine, Petro Porochenko
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik