International
URL courte
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (73)
8182
S'abonner

Une vingtaine de personnes sont venues exprimer leur soutien à Julian Assange aujourd’hui devant le tribunal de Westminster, où le fondateur de Wikileaks sera entendu dans le cadre de sa potentielle extradition aux États-Unis.

En soutien à Julian Assange, une vingtaine de personnes arborant des affiches exigeant sa libération s’est réunie ce jeudi 19 décembre devant le tribunal de Westminster, à Londres, dans le cadre de son procès pour une potentielle extradition aux États-Unis.

L’audience préliminaire qui se tient ce jeudi devait initialement se tenir vendredi 13, mais elle a été reportée à la demande des avocats d’Assange qui avaient besoin de plus de temps pour étudier le dossier, évoquant des problèmes techniques.

Le procès de Julian Assange se fera en trois étapes. Des audiences auront lieu en décembre, janvier et fin février.

L’affaire Julian Assange

Julian Assange, qui s’est réfugié pendant sept ans dans l’ambassade d’Équateur à Londres, a ensuite été arrêté et a été enfermé à la prison de Belmarsh pendant 11 mois pour violation des conditions de sa mise en liberté. Après l’avoir accusé de harcèlement sexuel et viol en 2010, la Suède a abandonné toute poursuite en novembre dernier.

Assange encours jusqu’à 175 ans de prison aux États-Unis pour espionnage et divulgation d’informations secrètes. Il avait diffusé via Wikileaks des documents confidentiels américains, notamment sur les campagnes militaires en Irak et en Afghanistan.

Dossier:
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (73)

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
L’Iran crée un réseau de silos à missiles au bord du golfe Persique
Tags:
États-Unis, extradition, procès, soutien, tribunal de Westminster, Julian Assange
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook