International
URL courte
7325
S'abonner

Les radicaux opérant dans la zone de désescalade d'Idlib utilisent des drones chargés de bombes contre l'armée syrienne. Une attaque a ainsi fait deux blessés, selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Des drones d'assaut envoyés par les radicaux ont par trois fois largué des bombes jeudi 19 décembre contre l'armée gouvernementale syrienne, blessant deux soldats, a annoncé le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Iouri Borenkov.

«Le 19 décembre, à 09h45, un engin sans pilote envoyé par les radicaux a largué une bombe sur les positions des forces syriennes sur le mont Nabi Yunis, à un kilomètre de la ville de Khan Cheikhoun, dans le gouvernorat d’Idlib. Deux militaires syriens ont été blessés», a indiqué M.Borenkov.

D’autres bombes larguées par des drones sont tombées à 10h30 et 12h14 à Khan Cheikhoun sans faire de victimes. Plusieurs bâtiments ont été endommagés, selon le responsable.

Les formations armées illégales continuent de violer le cessez-le-feu dans la zone de désescalade d’Idlib. Au total, 54 tirs ont été enregistrés ces dernières 24 heures, a ajouté M.Borenkov.

Le 18 décembre, plus de 200 radicaux de plusieurs groupes, notamment Hayat Tahrir al-Cham* et l’Armée nationale syrienne (ANS), armés de blindés ont entrepris plusieurs attaques contre des positions des forces gouvernementales syriennes dans le gouvernorat d’Idlib.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Sans précédent: la France recense plus de 13.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24h
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Un gang de voleurs de 4x4 démantelé à Paris, il envoyait ses larcins en Afrique
Tags:
armée gouvernementale syrienne, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Syrie, bombe, drone
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook