International
URL courte
15481
S'abonner

Des amendements ont été apportés par le sénat américain au projet de loi de sanctions contre la Russie concernant «l'ingérence électorale et l'agression envers l'Ukraine», rapportent des médias.

Les sénateurs républicain Lindsey Graham et démocrate Bob Menendez ont apporté des amendements au projet de Loi de défense de la sécurité américaine contre l'agression du Kremlin 2019 (DASKA).Cette loi porte sur «l'ingérence électorale et l'agression envers l'Ukraine» et prévoit des mesures restrictives que le républicain Graham a qualifiées lui-même de «sanctions de l'enfer», car il s’agit cette fois, selon lui, de sanctions extrêmement strictes et larges. Les amendements en question définissent les conditions d'introduction et de levée des sanctions antirusses pour «ingérence» dans les affaires intérieures des États-Unis et «agression» contre l'Ukraine.

Dans le premier cas, des sanctions seront imposées après que le renseignement et le département d'État soumettront un rapport confirmant «l'ingérence» de Moscou dans la politique américaine. Si le rapport démontre le contraire, cela entraînera la levée des «sanctions de l'enfer». Les sanctions antirusses pour «l'agression envers l'Ukraine» devraient être introduites ou levées selon une procédure similaire.

Les sanctions antirusses, arme à double tranchant

Si la loi DASKA est adoptée, elle entraînera de nouvelles sanctions sévères contre les secteurs bancaire et énergétique de la Russie, ainsi que contre sa dette publique. Dans le même temps, le département américain du Trésor a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'envisageait pas de mesures aussi sévères contre la Russie. Mardi dernier, la Chambre de commerce américaine a souligné pour sa part que si ce projet de loi était adopté, les entreprises américaines pourraient subir d'énormes pertes.

Les observateurs constatent que les relations entre Washington et Moscou sont au plus bas ces dernières années, les deux parties étant en désaccord sur diverses questions telles que l'Ukraine, la Syrie et le contrôle des armements.

 

Lire aussi:

Alger exige de Paris des excuses pour la colonisation: le gouvernement algérien cherche-t-il un «bouc émissaire»?
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Le dernier pays concerné réticent au Nord Stream 2 donne finalement son feu vert
L'Ukraine brandit la menace d’une «guerre» contre la Russie
Tags:
Sénat des États-Unis, Ukraine, sanctions antirusses, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook