International
URL courte
20960
S'abonner

Datant du 1er siècle après Jésus-Christ, un sarcophage a déclenché un bras de fer judiciaire et diplomatique entre la France et des rabbins israéliens qui ont intenté une action en justice à Paris pour contester sa propriété.

Un sarcophage est devenu la pomme de discorde entre la France et des rabbins israéliens qui en contestent la propriété, raconte L’Express.

De quoi il s’agit

Le sarcophage est un lourd bloc de calcaire, «sommairement sculpté» et surmonté d’un épais couvercle. Son seul ornement est une double inscription, en hébreu et en araméen, qui dit «La Reine Saddan». Il date du 1er siècle après Jésus-Christ.

Actuellement, il est exposé au Louvre au milieu d’une salle remplie d’objets d’art funéraire du Proche-Orient.

Le cœur du litige

L’association cultuelle juive israélienne Hekdesh du Tombeau des rois a assigné le musée du Louvre et le ministère français de la Culture devant le tribunal de grande instance de Paris, relate le média. Une première audience civile est prévue le 11 janvier 2020.

Selon elle, ce cercueil appartient à la reine Hélène d’Adiabène. Les rabbins réclament la restitution du sarcophage, avec les ossements présumés de la reine convertie au judaïsme, dont le royaume correspondait au Kurdistan actuel, précise le site.

L’histoire de cet objet de l’Antiquité

La découverte de cet objet funéraire a été faite sous l’Empire ottoman dans le Tombeau des rois, dans l’actuelle Jérusalem-Est. «Le Français Félicien de Saulcy réalise en 1863 les premières fouilles en Terre sainte. Il a la chance de découvrir une salle inviolée, à l’accès condamné par une porte en pierre, où se trouvent plusieurs sarcophages», a déclaré au média l’archéologue Jean-Sylvain Caillou.

L’archéologue français a extrait trois sarcophages de la salle souterraine après les avoir découpés. Il a en outre dissimulé sur l’un d’eux avec de la terre glaise la double inscription relative à la reine.

À cette époque, les juifs se plaignent du projet auprès du gouverneur ottoman qui finit par vendre l’objet funéraire royal à l’archéologue français. Ce dernier décide alors d’en faire don au Louvre.

Transféré «sans autorisation»

Actuellement, l’association juive accuse le Louvre d’un transfert «sans autorisation» de l’objet qu’ils considèrent comme un élément au «caractère hautement symbolique, sacré et historique» et d’une dissimulation volontaire des ossements issus des sarcophages, dit leur assignation.

Ils se fondent sur une notice datant de 1876 qui fait état de la présence de cinq boîtes renfermant des os humains et qui mentionne que «tous ces objets [ont, ndlr] été découverts en 1863 dans le cercueil même de Saddan».

Lire aussi:

Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
Importante flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
20 pompiers accusés de viols sur une adolescente: la mère de Julie enrage contre la justice
Tags:
rabbin, litige, Musée du Louvre, Le Louvre, France, sarcophage, Jérusalem, Jérusalem-Est
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook