International
URL courte
182624
S'abonner

Une fois demandée, Ankara envisagerait le déploiement de militaires pour aider le gouvernement libyen soutenu par les Nations unies à combattre les factions rivales dans ce pays déchiré par la guerre civile, a déclaré le chef d’État turc.

Recep Tayyip Erdogan a évoqué la crise en Libye lors d’une réunion en Tunisie avec son homologue Kaïs Saïed. Selon lui, les autorités turques pourraient y envoyer des troupes en soutien au Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez el-Serraj basé à Tripoli.

«Nous n'avons été présents nulle part sans y être invités. S’il y a invitation, nous l'évaluerons, bien sûr», a déclaré le Président turc.

Auparavant, le porte-parole de la présidence turque avait annoncé qu’Ankara pourrait avoir besoin de rédiger un projet de loi permettant un déploiement des troupes en Libye, et que le parlement travaillait sur la question.

La visite de M.Erdogan, gardée secrète jusqu’au dernier moment, intervient alors que la Turquie renforce sa coopération avec la Libye, pays voisin de la Tunisie. Ankara a notamment signé un accord de collaboration militaire avec le GNA.

Il s’agit du premier voyage du Président turc en Tunisie depuis que Kaïs Saïed a été élu à la tête du pays en octobre.

Crise libyenne

La Libye reste plongée dans le chaos depuis le renversement du gouvernement et l’assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011 par une coalition internationale initiée par la France et menée par les États-Unis et l’Otan.

Le pays est divisé entre plusieurs entités rivales. Le GNA de Fayez el-Sarraj, soutenu par les Nations unies et l’Union européenne, s’est installé à Tripoli, alors que dans l’est de la Libye siège un parlement élu par le peuple et appuyé par l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
conditions, déploiement, militaires, Libye, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik