International
URL courte
10393
S'abonner

Le récent coup d’État a été organisé en Bolivie pour mettre la main sur les réserves de lithium de ce pays, a déclaré Evo Morales, en exil en Argentine depuis sa démission forcée le 10 novembre.

Evo Morales, en exil depuis sa démission forcée le 10 novembre a expliqué à l’AFP ce qu’il considère comme étant les raisons du coup d’État perpétré dans son pays.

«Les pays industrialisés ne veulent pas être concurrencés. Nous avons commencé à remplacer les importations. Et je suis absolument convaincu que c’est un coup d’État pour le lithium… On sait que nous avons les réserves les plus importantes au monde, 16.000 km2 de lithium», a-t-il fait savoir.

Evo Morales en exil

Contraint à la démission le 10 novembre, après trois semaines de manifestations contre les résultats de la présidentielle et lâché par l’armée et la police, Evo Morales est d’abord parti pour le Mexique.

Le 12 décembre, il a trouvé asile en Argentine. La Présidente par intérim de la Bolivie, Jeanine Anez, a annoncé le 14 décembre l'émission imminente d'un mandat d'arrêt contre lui.

Le parlement bolivien a voté fin novembre une loi organisant la tenue d’élections présidentielle et législatives auxquelles Evo Morales n'aura pas le droit de participer. La date n'en a pas encore été fixée.

Mandat d’arrêt

Le 18 décembre, le parquet bolivien a émis un mandat d’arrêt contre lui dans le cadre d’une enquête ouverte pour sédition, terrorisme et financement du terrorisme.

L’acte, signé par les procureurs de La Paz, Jimmy Almanza et Richard Villaca, ordonne aux forces de l'ordre «d'arrêter et de conduire Juan Evo Morales Ayma au siège du ministère public».

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Un prévisionniste qui ne s'est jamais trompé donne ses pronostics pour la présidentielle US
Tags:
Bolivie, lithium, coup d'Etat, Evo Morales
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook