International
URL courte
7542
S'abonner

Le ministère russe de la Défense a démenti les informations de l’Observatoire syrien des droits de l’homme relatives à une rixe entre certains de ses militaires et des soldats des États-Unis, en Syrie.

Les rapports faisant état d’une bagarre entre des militaires russes et américains sur le sol syrien ne correspondent pas à la réalité, a déclaré un porte-parole du ministère russe de la Défense, cité par les médias locaux.

«Les informations de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, établi à Londres, selon lesquelles des membres des forces armées russes et des États-Unis ont eu "des affrontements au corps à corps" sont un fake primitif», a assuré le porte-parole.

Auparavant, l’OSDH avait annoncé que des soldats US venus dans la localité de Tall Tamer dans le gouvernorat syrien d’Hassaké (nord-est) avaient reçu un accueil peu chaleureux de la part des résidents et avaient été impliqués dans une bagarre avec des militaires russes arrivés sur place plus tard.

Les missions menées comme d’ordinaire

Le porte-parole ministériel a tenu à souligner que les soldats du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, ainsi que les unités de la police militaire russe déployées dans le pays continuaient d’effectuer leurs missions comme d’habitude.

Par le passé, la Russie avait à plusieurs reprises accusé l’OSDH de diffuser de fausses informations sur la situation en Syrie.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
ministère russe de la Défense, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, États-Unis, Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Russie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook