International
URL courte
Attaque chimique présumée à Douma (81)
81658
S'abonner

Un responsable de l'OIAC a ordonné de supprimer «toutes les traces» du rapport dissident sur l'attaque chimique présumée de Douma, en Syrie, selon des informations révélées par WikiLeaks.

Le 27 décembre, WikiLeaks a rendu public un quatrième lot de documents sur la mission d’enquête de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimique (OIAC) à Douma, en Syrie.

«Aujourd'hui, WikiLeaks publie davantage de documents internes de l'OIAC concernant l'enquête sur l'attaque chimique présumée à Douma en avril 2018», a indiqué l'organisation sur son site Internet.

Selon des courriels échangés entre des membres de la mission de l'OIAC les 27 et 28 février, un haut fonctionnaire de l’OIAC, Sébastien Braha, a ordonné de retirer des archives le document attribué à Ian Henderson, un inspecteur de l’organisation internationale, et présentant des observations non-reprises dans le rapport final de l'OIAC sur l'attaque chimique présumée du 7 avril 2018. «Toutes les traces» de ce document devaient être supprimées, d'après Wikileaks.

«Veuillez retirer ce document des archives [...]. Et veuillez supprimer toute trace, s'il y en a, de sa livraison/stockage/quoi que ce soit dans les archives», est-il précisé dans le courriel.

La principale conclusion faite par M.Henderson, qui a inspecté les sites de Douma et les deux cylindres qui ont été retrouvés sur le site de l'attaque présumée, est que ces derniers y auraient été plutôt placés manuellement que largués d'un avion ou d'un hélicoptère. Cette conclusion a été omise du rapport officiel final de l'OIAC sur l'incident de Douma, fait remarquer WikiLeaks.

Un rapport réécrit

Début juillet 2018, la mission d’enquête sur l’attaque chimique présumée a publié un rapport préliminaire de l’OIAC d’après lequel aucun agent innervant n’avait été retrouvé dans les échantillons récoltés à Douma. Dans son rapport final, l'OIAC avait conclu que de la chlorine avait été utilisée à Douma sans toutefois en désigner le responsable.

Le 23 novembre 2019, le site WikiLeaks avait publié un courriel d’un membre de la mission de l’OIAC à Douma portant sur une réécriture du rapport de la mission sur l’attaque chimique présumée.

Dossier:
Attaque chimique présumée à Douma (81)

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
attaque chimique, fuite, WikiLeaks, OIAC
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook