International
URL courte
2741175
S'abonner

L’accusant des attaques contre des bases irakiennes abritant des forces de la coalition, les États-Unis ont frappé cinq positions du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah tant en Irak qu'en Syrie, a déclaré le porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman.

Cinq bases du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah -trois en Irak et deux en Syrie-, ont été frappées par les forces américaines, annonce le Pentagone dans un communiqué.

Selon ce dernier, les États-Unis ripostent ainsi aux «attaques répétées» de ce mouvement contre les bases irakiennes qui accueillent des forces de l'opération Inherent Resolve. Le Pentagone affirme que Kataeb Hezbollah est responsable du récent pilonnage d’une base irakienne près de Kirkouk qui a tué un sous-traitant américain et blessé quatre soldats des États-Unis, en plus de deux membres des Forces de sécurité irakiennes.

La Défense américaine souligne que les frappes avaient pour objectif de «dégrader les capacités» de Kataeb Hezbollah à mener de futures attaques contre la coalition.

Des dizaines de morts

Plus tôt dans la journée, la chaîne saoudienne Al-Arabiya a annoncé que des dizaines de combattants des milices chiites irakiennes Hachd al-Chaabi avaient péri et que plusieurs autres avaient été blessés dans une attaque de drones contre une base de Kataeb Hezbollah, affilié à Hachd al-Chaabi. Ce dernier a indiqué que les drones appartenaient à l’armée américaine.

Lire aussi:

Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Tags:
Hezbollah, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook