International
URL courte
14728
S'abonner

Quelques heures après que le Pentagone a annoncé avoir frappé des positions du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah en Irak et en Syrie, y faisant 15 morts, quatre roquettes sont tombées dimanche 29 décembre au soir près d'une base abritant des soldats américains non loin de Bagdad, annonce l'AFP.

La base militaire irakienne de Taji où sont cantonnées des forces américaines a été visée dans la soirée du dimanche 29 décembre par quatre tirs de roquettes.

«Quatre roquettes Katioucha se sont abattues dans la soirée aux abords de l'immense base militaire irakienne de Taji, au nord de Bagdad, qui abrite des soldats américains, sans faire de victime», a indiqué un responsable des services de sécurité, cité par l’AFP.

Des frappes meurtrières

Plus tôt dans la journée, le Pentagone a annoncé dans un communiqué que cinq bases du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah -trois en Irak et deux en Syrie-, avaient été frappées par les forces américaines pour riposter ainsi aux «attaques répétées» de ce mouvement contre les bases irakiennes qui accueillent des forces de l'opération Inherent Resolve.

Par la suite, un représentant des milices chiites irakiennes Hachd al-Chaabi, auxquelles Kataeb Hezbollah est affilié, a déclaré à l’AFP que les frappes américaines avaient fait 15 morts et plusieurs blessés parmi les combattants.

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid au-dessous des 20.000 en France
Crachats, injures, huées: des journalistes de nouveau pris à partie par des anti-pass – images
Réacteur nucléaire «propre»: après l’abandon français, la victoire chinoise
Un amiral américain décrit le cas où l’Otan tirerait sur des navires russes
Tags:
États-Unis, Irak, Bagdad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook