International
URL courte
11323
S'abonner

Le chercheur chinois qui avait provoqué l'an dernier un scandale planétaire en mettant au monde les premiers bébés génétiquement modifiés a été condamné ce 30 décembre à trois ans de prison.

Un tribunal chinois a condamné lundi 30 décembre à trois années d'emprisonnement le scientifique chinois qui est intervenu sur les gènes de deux jumelles pour en faire les premiers bébés génétiquement modifiés, a rapporté l'agence de presse officielle Chine Nouvelle.

Le chercheur He Jiankui avait annoncé en novembre 2018 être parvenu à mettre au monde des jumelles à l'ADN modifié pour les rendre résistantes au virus du sida dont était infecté leur père. Le gouvernement chinois, accusé à l'époque de laxisme, avait ordonné la suspension des recherches et placé M. He sous enquête policière.

Il a été condamné par un tribunal de Shenzhen, la métropole du sud du pays où il avait effectué ses travaux, pour «avoir illégalement procédé à la manipulation génétique d'embryons à des fins de reproduction», a précisé l'agence de presse officielle.

L'agence Chine nouvelle, citée par l'AFP, a ajouté qu'au total trois bébés génétiquement modifiés étaient nés à la suite de ces recherches.

Les autorités chinoises avaient confirmé en janvier 2019 qu'une deuxième femme était enceinte d'un enfant à l'ADN modifié, en plus des deux jumelles, mais la naissance de ce bébé n'avait pas été confirmée.

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Tags:
génétique, OGM, bébé, embryon humain, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook