International
URL courte
22994
S'abonner

L'Iran a condamné les frappes américaines en Irak et en Syrie contre le Kataeb Hezbollah, un mouvement qu'il soutient. Selon Téhéran, ces attaques des États-Unis montrent leur «soutien au terrorisme».

L'Iran a estimé ce 30 décembre que les États-Unis avaient montré leur «soutien au terrorisme» en menant en Irak des frappes aériennes contre le Kataeb Hezbollah, un mouvement soutenu par Téhéran.

«Avec ces attaques, les États-Unis ont montré leur ferme soutien au terrorisme et leur dédain pour l'indépendance et la souveraineté des pays, et ils doivent assumer les conséquences de leur acte illégal», a annoncé Abbas Mousavi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, selon l'agence de presse Irna.

Plusieurs bases frappées

Cinq bases du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah, trois en Irak et deux en Syrie, ont été frappées par les forces américaines, a annoncé le 29 décembre le Pentagone dans un communiqué.

Selon ce dernier, les États-Unis ripostent ainsi aux «attaques répétées» de ce mouvement contre les bases irakiennes qui accueillent des forces de l'opération Inherent Resolve. Le Pentagone a affirmé que Kataeb Hezbollah était responsable du récent pilonnage d’une base irakienne près de Kirkouk, lequel avait tué un sous-traitant américain et blessé quatre soldats des États-Unis, en plus de deux membres des Forces de sécurité irakiennes.

Plus tôt dans la journée, la chaîne saoudienne Al-Arabiya a annoncé que des dizaines de combattants des milices chiites irakiennes Hachd al-Chaabi avaient péri et que plusieurs autres avaient été blessés dans une attaque de drones contre une base de Kataeb Hezbollah, affilié à Hachd al-Chaabi. Ce dernier a indiqué que les drones appartenaient à l’armée américaine.

Lire aussi:

Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Le coronavirus fera-t-il de la Chine le nouveau maître du monde?
Diminution du nombre de personnes en soins intensifs en France, une première depuis le début de l'épidémie
Tags:
frappe aérienne, terrorisme, États-Unis, Irak, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook