International
URL courte
0 15
S'abonner

Comme le cyclone Calvinia menace l’île Maurice depuis le 30 décembre au matin, plaçant le pays en alerte de classe 3, son seul aéroport international a été fermé. Certains vols ont été déroutés vers l’île de La Réunion qui peut être également touchée par les intempéries.

Tandis que l’île Maurice est placée en alerte cyclone de classe 3, le seul aéroport international du pays a été fermé, a indiqué cette infrastructure de transport sur son site Internet. Gagnant en intensité depuis plusieurs heures, le cyclone tropical Calvinia s’apprête à frapper l’île et La Réunion qui se situe à quelque 230 km et se trouve sur le passage de la tempête, a fait savoir le quotidien Le Mauricien.

L'aéroport international Sir-Seewoosagur-Ramgoolam est hors service depuis 12h10 (9h10, heure de Paris). Les autres aéroports de l’île sont également fermés. De nombreux vols ont été déroutés vers La Réunion, a fait savoir Air Plus News.

​Depuis plusieurs heures, la position du cyclone reste quasi stationnaire, plus précisément à environ 90 km au large de Mahébourg, a précisé le quotidien. La vitesse des rafales atteint 120 km/h, qui peuvent être également ressenties à l’île de La Réunion.

Selon un communiqué de presse diffusé la veille, Météo-France a placé l’île en vigilance orange à cause d’éventuels vents forts et inondations.

Des internautes partagent des images des intempéries sur les réseaux sociaux en attendant le pic de la tempête.

​Le cyclone a déjà fait des dégâts à l’île Maurice, causant des coupures d’électricité dans certains foyers, provoquant des embouteillages et la fermeture de routes, a souligné l’édition locale L’Express.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
intempéries, tempête, La Réunion, cyclone, île Maurice
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik