International
URL courte
291161
S'abonner

«Ceci n'est pas une mise en garde, c'est une menace. Bonne année!» Donald Trump a affirmé que l'Iran paierait «le prix fort» après la prise d'assaut de l'ambassade des États-Unis à Bagdad par des manifestants.

«L'Iran sera tenu pleinement responsable des vies perdues ou les dégâts occasionnés dans nos installations», a tweeté le Président américain qui a remerciés les dirigeants irakiens pour leur «réponse rapide».

«Ils paieront LE PRIX FORT! Ceci n'est pas une mise en garde, c'est une menace. Bonne année!», ajouté le 45e Président des États-Unis dans ce message envoyé depuis son club de Mar-a-Lago, en Floride, où il est en vacances.

Il a toutefois dit ne pas s'attendre à une guerre entre les États-Unis et l'Iran. «Je ne vois pas cela se produire», a répondu M. Trump à un journaliste qui l'interrogeait sur cette possibilité, relate l'AFP.

Le secrétaire à la Défense Mark Esper a annoncé que quelque 750 soldats américains supplémentaires allaient être déployés «immédiatement» au Moyen-Orient «en réponse aux événements récents en Irak».

Et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que l'attaque lancée mardi contre l'ambassade des États-Unis était l'œuvre de «terroristes».

Les frappes des États-Unis contre des bases en Irak et en Syrie

Les États-Unis ont réalisé le 29 décembre des frappes contre cinq bases de la milice chiite irakienne Kataeb Hezbollah. Le Pentagone a affirmé que les frappes avaient été réalisées pour riposter aux «attaques répétées» de ce mouvement contre les bases irakiennes qui accueillent des forces de l'opération Inherent Resolve.

Des manifestations devant l’ambassade

Protestant contre le raid aérien américain, qui ont fait 25 morts, des manifestants ont tenté de prendre d’assaut l’ambassade américaine à Bagdad ce mardi 31 décembre. Toutefois, ils n’ont pas réussi à pénétrer dans la représentation diplomatique en elle-même.

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
ambassade, États-Unis, Donald Trump, menace, menaces
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook