International
URL courte
141928
S'abonner

Un ressortissant français, né en Angola, est décédé alors qu'il était détenu par les services de l'immigration américaine, ont indiqué mercredi ces derniers.

L'homme, âgé de 40 ans et dont l'identité n'a pas été communiquée, est mort dimanche à l'hôpital d'Albuquerque au Nouveau Mexique, selon un communiqué des services d'immigration américains, l'Immigration and Customs Enforcement (ICE).

«Une autopsie est en cours pour déterminer la cause officielle de la mort», a ajouté l'ICE, précisant que les services consulaires français avaient été avisés et qu'ils essayaient de «localiser sa famille».

Interrogée par l'AFP, une porte-parole de l'ambassade de France aux États-Unis a indiqué ne pas être en mesure de commenter «à ce stade».

Cette mort fait suite à celle de Nebane Abienwi, un Camerounais âgé de 37 ans, décédé en octobre d'une hémorragie cérébrale alors qu'il était détenu par l'ICE à San Diego, en Californie.

Également en octobre, un ressortissant cubain, Roylan Hernandez-Diaz, 53 ans, s'est apparemment suicidé alors qu'il était détenu par l'ICE en Louisiane, selon ces services d'immigration.

Entre décembre 2018 et mai 2019, cinq enfants originaires du Guatemala étaient également morts en détention après leur interpellation par des officiers américains de l'immigration.

L'administration Trump a fait de la lutte contre l'immigration illégale une priorité.

Elle a pris de nombreuses mesures pour limiter les arrivées de migrants, en forte augmentation, à la frontière sud des États-Unis, mais plusieurs d'entre elles, controversées, ont été bloquées par la justice.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
Angola, France, statut d'immigrant, immigration, immigration clandestine, Français, morts, décès
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook