International
URL courte
5511
S'abonner

Dans la commune belge néerlandophone d’Hoeselt, une jument de 26 ans se trouvant dans son écurie est morte des suites d’une crise cardiaque provoquée par les feux d’artifice.

Après qu’une jument de 26 ans est morte durant la nuit de la Saint-Sylvestre, sa propriétaire pointe du doigt les feux d’artifice tirés à l’occasion du Nouvel An, rapportent les médias belges.

«À l’attention de tous ceux qui ont éprouvé le besoin de tirer des feux d’artifice cette nuit: j’espère que cette image vous restera», a-t-elle commenté, citée par 7sur7.

Et d’ajouter: «Tout le monde doit comprendre quels drames les feux d’artifice peuvent provoquer. J’espère que les responsables sont fiers d’eux».

La propriétaire a également exprimé sa douleur dans une publication Facebook.

«Fais de beaux rêves, ma belle et douce fille. Comme nos promenades vont me manquer. Dommage que tu sois morte de cette façon, mais j'espère de tout mon cœur que ce ne sera pas pour rien et que cela va faire ouvrir les yeux à certains, et que les feux d'artifice seront interdits l'année prochaine», a-t-elle posté.

Risques pour les animaux

Les médias belges rappellent que les feux d’artifice sont interdits dans la plupart des villes du pays en raison des risques pour la santé et pour les animaux qui peuvent être blessés ou succomber à des états de stress intense. Actuellement, c’est le règlement de chaque commune qui détermine les éventuelles autorisations. Des amendes jusqu’à 350 euros sont prévues pour les contrevenants.

Lire aussi:

«Chasseurs de nuit», «crocodiles» et «cygne blanc»: les surprises du défilé aérien militaire à Moscou – images
Deux roquettes palestiniennes tirées sur Israël, les sirènes retentissent à Ashkelon - vidéos
Où est la France dans la liste des pays européens avec la plus grande part de leur population vaccinée?
Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Tags:
animaux, feu d'artifice, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook