International
URL courte
10463
S'abonner

Sans le nommer, le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini a trollé dans une vidéo le pape François après que ce dernier a tapé sur la main de la fidèle qui l’avait brusquement agrippé au Vatican le 31 décembre.

Sur son compte Instagram, Matteo Salvini a publié le 1er janvier une courte vidéo dans laquelle il taquine le chef de l'Église catholique suite à son comportement au Vatican à l’égard d’une fidèle.  

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Matteo Salvini (@matteosalviniofficial) le

La séquence montre M.Salvini en montagne. Il marche, les yeux baissés vers le sol, mais subitement se fait agripper la main par une femme. Prétendant être surpris, il lève dans un premier temps le bras pour ensuite caresser la joue de la personne en question.

La personne qui incarne le rôle de la femme est la compagne de l’ex-ministre italien, Francesca Verdini.

Même si Matteo Salvini ne nomme pas le pape, la vidéo se réfère évidemment à la scène qui s’est déroulée le 31 décembre et qui a déjà été visionnée plus de 600.000 fois le 2 janvier à 13h00 (heure française).

Le pape agacé

Pour rappel, le pape François était en train de saluer la foule au Vatican lorsqu’une fidèle asiatique lui a serré trop fort la main. Sans pouvoir cacher son agacement, le souverain pontife lui a tapé sur la main.

La scène, filmée, est rapidement devenue virale.

Le 1er janvier, le pape s’est excusé avant la traditionnelle prière de l'Angélus pour son comportement. «Tant de fois nous perdons patience. Cela m'arrive à moi aussi. Je m'excuse pour le mauvais exemple donné hier», a-t-il annoncé depuis une fenêtre du Palais apostolique, place Saint-Pierre.

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Tags:
Vatican, Pape François, Matteo Salvini
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook