International
URL courte
Fuite de Carlos Ghosn au Liban (décembre 2019) (21)
302555
S'abonner

Selon l'ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn, il a organisé «seul» son départ du Japon, où un procès l'attendait pour malversations financières, vers le Liban, niant toute implication de sa famille.

La famille de Carlos Ghosn, ancien patron de Renault-Nissan, n’a rien à voir avec son départ du Japon au Liban, a-t-il expliqué dans un court communiqué reçu par l'AFP.

«Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères», a affirmé M.Ghosn.

«C'est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle», a-t-il souligné.

Carlos Ghosn est arrivé lundi 30 décembre au Liban, pays dont il a la nationalité, mais son lieu de résidence reste inconnu, rappelle l’AFP. Des perquisitions ont été menées à Tokyo et sept personnes arrêtées en Turquie, soupçonnées d'avoir aidé M.Ghosn lors d'un transit par Istanbul.

Demande d’arrestation

Selon les autorités libanaises, le patron déchu est entré «légalement» dans le pays, en provenance de Turquie, avec un passeport français et sa carte d'identité libanaise.

Le Liban a reçu le 2 janvier d'Interpol un mandat d'arrêt international à son encontre. M.Ghosn, qui a été le chef d'entreprise le mieux payé au Japon, y a été arrêté fin 2018. Il est confronté à quatre inculpations dans ce pays: deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan, qui est aussi poursuivi sur ce volet, et deux autres pour abus de confiance aggravé.

Deux passeports français?

La télévision japonaise a annoncé que Carlos Ghosn possédait deux passeports français. L’un d’entre eux a été confisqué et gardé chez ses avocats, conformément à la décision de la justice de Tokyo. L’autre, selon la décision de la cour, se trouvait dans la résidence de M.Ghosn, dans un coffre fermé dont les clefs étaient toujours gardées chez ses avocats, indique la télévision.

Les avocats de l’ex-patron de Renault-Nissan n’ont pas pour l’instant commenté ces informations.

Dossier:
Fuite de Carlos Ghosn au Liban (décembre 2019) (21)

Lire aussi:

Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Tags:
Liban, Japon, Carlos Ghosn
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook