International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
10834
S'abonner

Damas a condamné fermement «l’agression américaine criminelle» qui s’est soldée par la mort du général iranien Qassem Soleimani, a indiqué une source au sein du ministère des Affaires étrangères du pays à l’agence de presse Sana le 3 janvier.

Une source officielle au sein du ministère syrien des Affaires étrangères a commenté pour Sana la mort du général iranien Qassem Soleimani, émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes, tué dans un bombardement à Bagdad orchestré par les États-Unis.

Selon cette source, la Syrie a dénoncé dans les termes les plus vigoureux «l’agression américaine criminelle» qui a conduit au meurtre du général Soleimani.

Toujours d’après elle, l’attaque a constitué une «escalade dangereuse» de la situation dans la région.

Tué dans un bombardement américain

Les Gardiens de la révolution iraniens ont confirmé le 3 janvier la mort du général Qassem Soleimani dans un bombardement à Bagdad et l’ont attribuée à Washington. Le Pentagone a annoncé dans un communiqué que l’émissaire de Téhéran pour les affaires irakiennes avait été tué «sur ordre du Président».

Pour l’heure, le locataire de la Maison-Blanche n’a pas commenté cette déclaration. Il a toutefois publié un tweet avec un drapeau américain.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

Sous-marins: «trahison» pour le ministère des Armées, mais pas de «catastrophe industrielle» pour Le Maire
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Macron évoque la possibilité de «lever le pass» dans certains territoires
«Éric Zemmour continue de me harceler», affirme la chroniqueuse Hapsatou Sy
Tags:
Syrie, Iran, Qassem Soleimani
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook