International
URL courte
11542
S'abonner

Une nouvelle frappe aérienne américaine a visé le 4 janvier un commandant du Hachd al-Chaabi au nord de Bagdad, selon la chaîne irakienne al-Sumaria, au lendemain du bombardement qui a coûté la vie au chef de ce groupe et au général iranien Qassem Soleimani. Cependant, l’armée américaine a démenti avoir mené un raid dans cette région.

L'armée américaine a conduit dans la nuit du 3 au 4 janvier une frappe aérienne contre une milice irakienne sur la route de Taji, au nord de Bagdad, a rapporté la télévision al-Sumaria, ainsi que d’autres chaînes locales.

Le média ne précise pas l'identité du commandant visé. Cette attaque a fait «des morts et des blessés», selon une source de l'AFP au sein de la police irakienne. Le bilan reste inconnu.

La coalition anti-Daech* conduite par Washington a démenti avoir mené des frappes aériennes près de la base de Taji.

«FAIT: la coalition n'a pas mené de frappes aériennes près de la base de Taji ces derniers jours», écrit Myles Caggins, porte-parole de l’opération Inherent Resolve, sur Twitter.

La milice Hachd al-Chaabi a affirmé que ces frappes aériennes avaient fait six morts et trois blessés graves.

Soleimani tué dans une frappe US

La veille, le général iranien Qassem Soleimani avait été tué dans une frappe américaine en Irak menée à la demande expresse de Donald Trump. L'armée américaine a mené le raid dans la nuit de jeudi à vendredi en bombardant le convoi dans lequel il se trouvait, à l'aéroport de Bagdad, tuant également Abou Mehdi al-Mouhandis, membre de haut rang de la milice Hachd al-Chaabi.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

À deux doigts de la mort: une nouvelle vidéo choc de violences policières publiée par Mediapart
Trump réagit à la fracture du pied de Biden
Un contrôleur de tram poignardé pour avoir demandé à des filles de porter un masque
Tags:
frappe aérienne, frappes, Irak, Qassem Soleimani, raid, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook