International
URL courte
Par
Mort du général iranien Soleimani (67)
546012
S'abonner

La mort de Qassem Soleimani, éminent et respecté général iranien tué par une frappe américaine en Irak sur ordre de Donald Trump, pourrait provoquer l’embrasement de la région. Si Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont entretenus, le quai d’Orsay s’est contenté d’un communiqué appelant notamment l’Iran à respecter ses engagements nucléaires.

Une «ligne rouge» a-t-elle été franchie au Moyen-Orient dans la surenchère entre Washington et Téhéran? La réponse à cette question fait peu de doute après la mort de Qassem Soleimani, très populaire général iranien, abattu dans son convoi par une frappe de drone américain dans la nuit du 2 au 3 janvier aux abords de l’aéroport de Bagdad.

En effet, Qassem Soleimani n’était pas seulement le chef des forces Al-Qods – l’unité des forces spéciales des Gardiens de la révolution (CGRI) –, au-delà de ses faits d’armes accumulés au cours d’une carrière militaire de 40 années, il avait su s’illustrer jusqu’aux yeux de l’Occident en s’alliant aux Américains contre les Talibans* en Afghanistan et plus récemment en prenant une part active dans la libération de Mossoul en Irak, qui était alors aux mains de Daech*.

Le général Soleimani était également une figure de la vie politique iranienne. Particulièrement proche de l’ayatollah Khamenei, guide de la révolution, nombreux étaient ceux qui le pressentaient pour être candidat à l’élection présidentielle iranienne, tant en 2016 que pour la prochaine de 2021. En somme, les États-Unis ne pouvaient tuer plus haut dignitaire iranien.

Un assassinat qui intervient dans un contexte d’humiliation pour les États-Unis en Irak. Depuis fin octobre, 11 attaques ont été menées contre des installations abritant des militaires ou diplomates américains, dont la dernière en date est celle contre l’ambassade des États-Unis. Le 31 décembre, des manifestants prenaient d’assaut le bâtiment de la mission diplomatique américaine à Bagdad - en plein cœur de la très sécurisée zone verte - afin de protester contre des frappes sur des installations du Hezbollah à la frontière irako-syrienne. Des frappes américaines elles-mêmes portées en représailles à des tirs de roquettes sur une base irakienne à Kirkouk qui avaient tué un sous-traitant des États-Unis quelques jours plus tôt. Une attaque non revendiquée pour laquelle le Président américain avait tenu l’Iran responsable, promettant dans un tweet de faire payer «le prix fort» à Téhéran. Même cas de figure pour les incidents de l’ambassade américaine, qui n’ont pas fait de victime, ceux-ci étaient aux yeux de Donald Trump «orchestrée» par l’Iran. Le Président américain qui, selon le Pentagone, aurait lui-même ordonné de «tuer» Qassem Soleimani, afin de «protéger le personnel américain à l'étranger.»

Vendredi, alors qu’en Iran le ministre de la Défense et le guide suprême de la Révolution islamique promettaient de «venger» la mort de Soleimani, Donald Trump brandissait la menace de nouvelles frappes en cas de riposte de Téhéran et le Pentagone approuvait l'envoi de 3.000 à 3.500 soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient. Face à cet emballement, la réaction française a semblé tarder à venir, jusqu’à ce que durant l’après-midi l’Élysée rapporte qu’Emmanuel Macron s’était entretenu avec Vladimir Poutine, un peu plus tard c’était au quai d’Orsay de faire état d’un entretien entre Jean-Yves Le Drian et le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

Un communiqué du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères «lambda» aux yeux d’Emmanuel Dupuy qui préfère mettre l’accent sur le dialogue «beaucoup plus structurant» entre les chefs d’État français et russe. Le spécialiste en relations internationales revient pour Sputnik sur cette escalade de violence au Moyen-Orient – sur fond d’enjeux électoraux américains – que rien ne semble pouvoir arrêter.

Sputnik: L’Élysée a fait savoir le 3 janvier qu’Emmanuel Macron s’était entretenu dans la matinée avec Vladimir Poutine et qu’il restera en «contact étroit» avec ce dernier, afin d’«éviter une nouvelle escalade dangereuse des tensions et appeler toutes les parties à la retenue». Parallèlement, le quai d’Orsay a également publié un communiqué suite à l’entretien de Jean-Yves Le Drian et son homologue américain Mike Pompeo. Dans ce document, la France appelle «chacun» à la retenue et l’Iran «à éviter toute mesure susceptible d’aggraver l’instabilité régionale» ainsi qu’«à revenir rapidement au plein respect de ses obligations nucléaires».

Emmanuel Dupuy: «Dans le protocole diplomatique il est normal que les deux ministres des Affaires étrangères se soient parlé, qui plus est puisqu’ils sont tous les deux membres du Conseil de sécurité de l’Onu qui à un moment où à un autre risque de se saisir de cette situation, donc là-dessus rien de bien anormal. Que le Président Emmanuel Macron ait appelé Vladimir Poutine conforte l’idée selon laquelle la relation diplomatique entre Paris et Moscou devient une habitude et c’est de bonne augure, notamment parce que les Russes ont été les premiers à réagir à cet événement, ce qui prouve à quel point nous devons évidemment partager nos points de vue et sans doute être plus convergent avec Moscou sur un certain nombre de dossiers, celui-là en particulier. Par contre le rappel que Mike Pompeo et Jean Yves Le Drian font sur le respect par la partie iranienne de l’accord sur le nucléaire n’a pas grand-chose à voir avec la situation. Le général Soleimani pouvait être réprimé ou critiqué par rapport à l’ingérence iranienne dans la région, mais absolument pas par rapport à la question nucléaire. Le fait que l’Iran estime qu'elle a le droit, conformément à l’article 36 du plan d'action conjoint (JCPoA) du 14 juillet 2015, de continuer à brandir la menace de revenir sur ses engagements pris à Vienne si l'une des parties contractante (en l’occurrence les États-Unis) ne respecte pas l'accord, n’a rien à voir avec la situation. Donc ce simple rappel confirme que la France n’a pas grand-chose d’autre à dire que cela […] à partir du moment où il n’y a aucune décision, aucune annonce, et il se trouve que dans ce communiqué les mots n’ont pas une grande importance car nous ne disons rien. Nous n’appelons pas à ce qu’il y ait une saisie du Conseil de sécurité, nous appelons juste à la retenue, or on est bien au-delà de cela maintenant.»

Sputnik: Paris a tardé à réagir, exception faite des sentiments de se «réveille[r] dans un monde plus dangereux» exprimés par la secrétaire d'État aux Affaires européennes au micro de nos confrères de RTL.

Emmanuel Dupuy: «A priori, la France a été mise hors d’état de nuire – au sens figuré du terme. Premièrement les Américains ont très mal accepté que la France serve de médiateur. Il y a un élément qui est à mettre en avant, c’est que cette décision de frappe met de côté et marginalise le Président Rohani, donc fragilise le camp des modérés, et ne fait que renforcer le sentiment de revanche, le sentiment de souveraineté nationale. Encore une fois Qassem Soleimani était plus qu’un général, il était une personnalité politique très respectée au sein du camp conservateur, d’ailleurs on lui prêtait l’éventualité d’une candidature à l’occasion de la prochaine élection présidentielle en 2021. Les Américains, en frappant ainsi, veulent être dans une logique de confrontation binaire où le Président Donald Trump ne considère en face de lui que le guide suprême de la révolution, réduisant à néant toutes les options diplomatiques sur lesquelles nous escomptions encore nous appuyer. Quand je dis "nous" c’est évidemment par rapport à la tentative de médiation française qu’avait initiée le Président Emmanuel Macron lors du sommet du G7 à Biarritz en août dernier.»

Sputnik: Ce silence du ministère français des Affaires étrangères tranche avec les réactions – aux accents de condamnation – de ses homologues russe et chinois, à l’encontre des États-Unis. Moscou a présenté ses «sincères condoléances au peuple iranien», de son côté Pékin appelle «toutes les parties concernées» à la retenue, «en particulier États-Unis».

Emmanuel Dupuy: «Il y a aussi un autre front qui s’est ouvert, c’est un front politique. La décision des États-Unis est mue par la perspective de la prochaine élection présidentielle en novembre 2020. Le Président américain, d’ailleurs, a tweeté très symboliquement, non pas en expliquant ou en essayant de justifier son geste, mais avec un drapeau américain donnant l’impression que la lutte contre l’Iran se résumait à l’extermination – au sens propre du terme – de Qassem Soleimani. Avec là aussi de nouveau un paradoxe: Donald Trump a décidé de frapper celui qu’il estime être responsable de la mort d’un certain nombre de soldats et de ressortissants américains, mais bien évidemment cela va provoquer précisément cela et, inévitablement, il y aura des victimes de l’autre côté puisque le ton employé par l’Iran est très fort, il est très caractérisé par la vengeance, une violence extrême, une violence légitime. Un ton partagé par l’ensemble du leadership iranien de tout bord que ce soit. Donald Trump aura réussi cet exercice absolument extraordinaire de fédérer le camp réformateur et le camp conservateur contre lui. D’une certaine façon, les partenaires traditionnels que sont la Turquie, la Russie et la Chine, ne peuvent qu’appeler à la retenue. Rappelons que ce front était aussi très présent à l’intérieur du système politique américain. Un certain nombre de personnalités politiques, notamment celles qui concourent à l’élection présidentielle en 2020 – Bernie Sanders par exemple, Elisabeth Warren, Joe Biden – et par ailleurs Nancy Pelosi, mettent en avant que c’est un acte d’une dangerosité extrême et que cela est évidemment de très mauvaise augure alors même que tout le monde espère que les troupes américaines puissent revenir sans violence extrême. D’ailleurs, de l’autre côté, le camp des conservateurs, le camp des faucons, notamment avec le sénateur républicain Lindsey Graham, a confirmé et d’une certaine façon a re-prêté allégeance à Donald Trump – alors qu’il n’était pas forcément d’accord avec lui sur un certain nombre de sujets – en confirmant que le Président avait pris une bonne décision.»

Sputnik: Le général Qassem Soleimani était très populaire en Iran. Depuis ce matin une question est sur toutes les lèvres, quelles seront les conséquences d’une telle action des États-Unis pour la stabilité de la région?

Emmanuel Dupuy: «La stabilité de la région était déjà très faible et cette nouvelle ligne rouge qui a été franchie, avec une décision unilatérale, prise par le Président américain, vraisemblablement en Floride, [a été faite, ndlr] sans réelle concertation. En tout cas c’est ce qu’affirment et confirment un certain nombre d’interrogations, notamment celles qui sont émises par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui dit ne pas avoir été informée, et évidemment d’un certain nombre d’autres parlementaires. Cela ne fait que conforter l’idée selon laquelle les États-Unis ont cherché une réponse à des attaques qui ont ciblé leur ambassade qui a été littéralement prise d’assaut il y a de cela quelques jours. Bien évidemment Trump avait annoncé qu’il riposterait à la mort d’un Américain, qui a été tué le 27 décembre. Néanmoins la réponse avait déjà a été provoquée par les Américains avec la mise hors d’état de nuire d’un certain nombre d’éléments des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi), [une coalition paramilitaire majoritairement pro-Iran, ndlr.] lourdement frappées, provoquant la mort de 27 personnes. La mort du général Soleimani – un puissant général qui était éminemment respecté et d’une certaine façon adulé à Téhéran, d’ailleurs un récent sondage le plaçait en terme de popularité devant le guide de la révolution iranienne, Ali Khamenei, et devant le Président Hassan Rohani – va évidemment provoquer une réaction en chaîne.

Il faut avoir à l’esprit que l’assassinat du général iranien s’accompagne également de l’assassinat du responsable adjoint – mais néanmoins important – irakien des Unités de mobilisation populaire, Abou Mehdi al-Mouhandis. Cela va provoquer une déflagration, non seulement régionale mais avant tout en Irak où les signes avant-coureurs d’une riposte iranienne sont déjà là puisque l’ambassade américaine a demandé expressément à tous les ressortissants américains de quitter Bagdad et on apprend il y a quelques minutes que tout le personnel des ambassades occidentales et de quelques agences onusiennes est également sur le qui-vive en appelant à quitter immédiatement le territoire irakien.»

Sputnik: Au-delà du personnel des ambassades ou des ressortissants américains présents en Irak, quelles conséquences également à terme pour la présence militaire des États-Unis dans le pays?

Emmanuel Dupuy: «Les premières victimes, si j’ose dire, du moins les premières cibles potentielles sont les 70.000 hommes que le Président Donald Trump, contrairement à sa promesse de campagne, a renforcé dans la région. On sait par exemple qu’il y a 15.000 personnes qui sont au Koweït, 10.000 personnes qui sont stationnées au Qatar, à peu près autant qui sont stationnées à Bahreïn, Manama abritant la 5e flotte américaine. Donc on voit bien qu’il y a là un maillon faible avec la présence américaine et bien évidemment sans oublier les 5.000 soldats américains qui sont actuellement déployés en Irak, qui pourraient être les premières cibles. Cela a déjà été quasiment annoncé, avec un certain nombre de mouvements et je pense notamment aux Unités de mobilisation populaire qui ont vu leur chef être tué et qui se tiennent prêtes à répondre de manière vigoureuse. L’armée du Mahdi, sous l’autorité du leader chiite irakien, Moqtada al-Sadr, qui avait combattu les troupes américaines de 2004 à 2008, a également été recréée, donc on voit bien qu’il y a un front qui risque de s’ouvrir de nouveau en Irak, alors même que depuis quelques semaines – la lutte contre Daech* aidant – nous étions dans un autre front, un front politique, qui risque pour le coup de rester lettre morte.»

Sputnik: Vous mettez en avant cette «ligne rouge» qui aurait été franchie, ainsi que le statut qu’avait le général Qassem Soleimani dans son pays, ne pourrait-on pas aller jusqu’à parler d’un acte de guerre?

Emmanuel Dupuy: «Évidemment, l’assassinat de deux personnes peut être considéré comme un acte de guerre, d’ailleurs Agnès Callamar, qui est la représentante spéciale de l’Onu sur les exécutions extrajudiciaires, ne fait que dire cela, nonobstant la personnalité visée. Il faut peut-être rappeler que les Américains considèrent depuis avril 2019 les Gardiens de la révolution comme une organisation terroriste, mais cela ne veut pas dire que c’est partagé par d’autres pays, par exemple la France ne considère pas les Gardiens de la révolution comme tel. On est dans une situation où un palier supplémentaire a été franchi, confirmant le fait que nous sommes dans une situation très paradoxale. D’un côté le Président américain prend une décision politique – visant à montrer qu’il est le commandant en chef des forces américaines – en disant qu’il souhaitait que les troupes américaines quittent la région […], en enlevant des troupes de Syrie, en annonçant un retrait de 8.000 soldats américains en Afghanistan et paradoxalement en renforçant le front irakien. Donc on voit bien qu’il y a une forme de contradiction ou peut être quelque chose qui n’a pas été pensé suffisamment en amont par rapport aux conséquences que cela risque d’avoir.

C’est un acte de guerre, mais c’est surtout une frappe disproportionnée, d’ailleurs certaines voix commencent à interroger. Pourquoi fallait-il frapper le symbole même de la souveraineté iranienne – objet de fierté – le général Qassem Soleimani? Lui qui est auréolé de victoires militaires, que ce soit la libération de Mossoul en juillet 2017 ou le combat qu’il a mené à la frontière entre le Liban et Israël au moment de la guerre dite des 33 jours en 2006, aux côtés de son compagnon d’armes Hassan Nasrallah le chef du Hezbollah. Celui-là même qui a dit, comme les Unités de mobilisation populaire, qu’ils étaient prêts à riposter à partir du territoire libanais, vraisemblablement en visant Israël qui est accusé d’avoir soutenu cette intervention. Donc, oui, c’est un acte de guerre, qui a été pris de manière unilatérale sans en informer les partenaires que nous sommes, nous pays européens et occidentaux. On apprend au fur et à mesures que le Premier ministre Netanyahou a été informé quelques minutes avant que la décision soit prise. Une décision qui aura des conséquences, les troupes occidentales qui luttent contre Daech* le font concomitamment à partir de bases localisées à proximité de celles des Américains. Donc, s’il devait y avoir des frappes en retour sur des bases américaines, inexorablement la vie des soldats occidentaux et singulièrement des Français serait mise en péril.»

*Organisation terroriste interdite en Russie

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (67)

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Nouveaux détails sur l’incendie volontaire dans le restaurant parisien La Rotonde
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Tags:
Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, palais de l'Élysée, vengeance, Proche-Orient, Qassem Soleimani, Téhéran, Donald Trump, ayatollah Ali Khamenei, auto-défense, défense
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik