International
URL courte
2412
S'abonner

Pour visiter la ville néerlandaise d’Amsterdam, les touristes sont désormais obligés de payer trois euros supplémentaires par nuit depuis le 1er janvier. La nouvelle taxe de séjour s'ajoute à la charge actuelle de 7% du tarif d’une chambre.

Les touristes étrangers à Amsterdam, aux Pays-Bas, doivent désormais payer trois euros supplémentaires pour chaque nuit de leur séjour, relate le portail administratif City of Amsterdam.

Selon le site, la nouvelle taxe a été introduite le 1er janvier en supplément du taux déjà existant de 7% du coût du logement. En outre, pour passer la nuit au camping, il faudra payer un euro par personne pour chaque nuit.

De plus, les touristes qui choisissent de réserver des locations via Airbnb seront obligés de payer plus – 10% par nuit.

Chaque année, avec 1,1 million d'habitants, Amsterdam accueille plus de 17 millions de touristes. Les autorités se sont récemment éloignées de la stratégie consistant à attirer des visiteurs dans la capitale des Pays-Bas et tentent de faire face au flux actuel de visiteurs.

«Pour maîtriser la situation, il faut agir. Au lieu de promouvoir cette destination, il est temps de s'engager dans sa gestion», précise l'un des documents officiels de 2019.

Le tourisme durable comme objectif

Fin décembre 2019, The Independent a publié dans ses colonnes les projections pour le tourisme aux Pays-Bas. Selon le quotidien britannique, le nombre de touristes dans le pays devrait passer de 19 millions à 29 millions dans la prochaine décennie. C’est pour cette raison que les autorités veulent se concentrer sur un tourisme durable qui n'est pas seulement concentré sur la ville d'Amsterdam et pourrait s'étendre à d'autres villes du pays.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
taxes, tourisme, Amsterdam, Pays-Bas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik