International
URL courte
Par
401028
S'abonner

Le monde entier s’interroge, crispé, sur la nature de la réponse iranienne à l’assassinat ciblé de son général le plus emblématique, Qassem Soleimani. Pour Sputnik France, le chercheur Karim Pakzad, spécialiste de l’Iran, revient sur les capacités militaires et stratégiques à la disposition de Téhéran pour assurer «sa vengeance».

«La fin de la présence maléfique américaine au Moyen-Orient a commencé» menace sur son compteTwitter Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien. En effet, depuis l’assassinat ciblé du commandant des forces Quds, Qassem Soleimani, les yeux du monde sont rivés vers le Moyen-Orient en attendant la réaction de Téhéran après l’agression américaine.

L’Iran est largement perçu comme l’une des puissances régionales les plus importantes au Moyen-Orient. Pourtant, compte tenu du rapport de force déséquilibré, difficile d’anticiper la mesure de la «vengeance» iranienne qu’a promise l’Ayatollah Khamenei. Afin d’avoir une idée plus précise des options de rétorsion à la disposition de l’Iran, Sputnik France a tendu le micro à Karim Pakzad, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste de l’Iran. Entretien.    

Sputnik France: Quelles sont réellement les capacités militaires dont dispose l’Iran pour répondre à cette agression américaine?

Karim Pakzad: «Avec le traumatisme de la guerre Iran-Irak des années 1980, l’Iran s’est grandement renforcé militairement à partir des années 1990. Cependant, bloqué par les sanctions des différents acteurs internationaux, Téhéran n’était pas dans la capacité de développer une importante flotte aérienne.

L’Iran a donc tout misé sur l’enrichissement d’uranium et le développement de missiles de courte et moyenne portée, mais aussi sur les forces capables d’agir à l’extérieur de l’Iran, notamment les forces al-Quds, dont Qassem Soleimani était le commandant. Sachant que le pays était menacé d’une manière ou d’une autre par les États-Unis, les Iraniens ont développé ses capacités pour pouvoir arrêter la menace américaine à l’extérieur de leurs frontières. Et contrairement à ce qu’affirment souvent les Américains, la stratégie iranienne est défensive.»

Sputnik France: L’Iran dispose également de corps armés surendoctrinés…

Karim Pakzad: «C’est son point fort! Pas seulement l’armée, d’ailleurs. Les images qui circulent de millions d’Iraniens dans les rues pour les obsèques de Qassem Soleimani ont étonné jusqu’à Washington. Ce régime a une énorme base populaire idéologiquement alignée avec le régime. Cela donne à l’Iran une puissance incroyable. Les experts militaires sont d’ailleurs unanimes: les États-Unis n’ont pas vocation à envoyer une armée d’invasion comme ils l’ont fait en Irak, car ils savent que chacun des soldats iraniens se battra jusqu’à la mort, et que ce n’est pas dans leur intérêt de s’attaquer directement à l’Iran.»

Sputnik France: Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien a affirmé que c’était le début de la fin de la présence américaine en Asie de l’Ouest. De quels moyens dispose donc l’Iran pour réellement faire mal aux intérêts américains ou à leurs alliés?

Karim Pakzad: «Il faut être prudent avec les réactions à chaud, pleine d’émotion, comme celle de Javad Zarif. Je ne crois pas qu’à terme, ils arrivent à expulser les Américains du Moyen-Orient. C’est déjà quelque chose de très important que le gouvernement irakien ait demandé l’expulsion des troupes américaines d’Irak. Et ce, malgré le fait qu’ils s’exposent à de lourdes sanctions américaines.

Selon moi, le danger dans la région, c’est l’imprévoyance de Donald Trump, pas la réaction de Téhéran qui est conscient du déséquilibre dans le rapport de force. Sur un coup de tête, le Président des États-Unis peut déclencher une action susceptible de mettre le feu à la région.»

Sputnik France: Tout de même, ils ne peuvent pas laisser un tel acte impuni…

Karim Pakzad: «Certes, mais personne ne peut prédire ce qu’il peut se passer du point de vue de la réaction iranienne… Surtout, les Iraniens sont face à quelqu’un qui a la force, mais n’a pas la sagesse. Il faut que les Iraniens agissent, mais il faut qu’ils soient très prudents. Donc de toute façon, la réponse iranienne ne sera pas proportionnelle à ce qu’ont fait les États-Unis.»

Sputnik France: l’objectif de cette frappe était-il de durablement affaiblir la puissance militaire iranienne?

Karim Pakzad: «Selon moi, l’objectif est tout autre, il concerne la région plus globalement. Il y a une volonté stratégique de maintenir l’instabilité et la tension dans la région. Cette instabilité permet deux choses pour les Américains: d’une part, le maintien des troupes américaines au Moyen-Orient, voire leur renforcement. D’autre part, cela permet de vendre plus d’armes aux alliés américains dans la région.»

Lire aussi:

Space X, pétrole, G7: de quoi se sont entretenus au téléphone Poutine et Trump
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Tags:
États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook