International
URL courte
Nouvelle escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (janvier 2020) (37)
20282
S'abonner

Un politologue chinois a raconté à Sputnik qu’il ne fallait pas s’attendre à un conflit à grande échelle entre les États-Unis et l’Iran même malgré le fait que les deux pays «sont prêts à se battre, le conflit finira par s'apaiser».

Tandis que les relations entre l’Iran et les États-Unis s’aggravent après l’assassinat du général Soleimani dans une frappe aérienne américaine, la probabilité d’un conflit d’envergure reste très faible, selon les estimations du directeur du centre de recherche sur le Moyen-Orient de l'Institut chinois des relations internationales.

«Beaucoup craignent que cet affrontement entre les États-Unis et l'Iran ne devienne incontrôlable et se transforme en un véritable conflit militaire. En fait, si nous l'analysons calmement, alors nous n'avons probablement pas besoin d'être aussi pessimistes», a déclaré Gao Shantao au micro de Sputnik.

Le spécialiste estime que les États-Unis n’ont pas l’intention de renverser le gouvernement iranien et qu’à la fin le conflit s’apaisera.

«Je pense que les deux parties le comprennent instinctivement. C'est le sens caché des déclarations de l’administration Trump, selon lesquelles les États-Unis n'ont aucune intention de renverser le gouvernement iranien. Par conséquent, nous pouvons supposer que quelque chose de vraiment grave et d'imprévu ne se produira pas, même si l'Iran et les États-Unis sont prêts à se battre, le conflit finira par s'apaiser», estime le Chinois.

Selon Gao Shantao, l'Iran a été contraint de répondre au meurtre de Soleimani en tirant des missiles sur des bases militaires américaines, mais l'opération iranienne s'arrêtera.

«On peut supposer que la vengeance de l'Iran s'arrêtera là. Les États-Unis ne vont probablement pas non plus ni se lancer dans un conflit militaire ouvert, ni détruire des bases de lancement de missiles guidés sur le territoire de l'Iran», précise le politologue.

Néanmoins, si les États-Unis, en réponse aux tirs de missiles iraniens, frappent des cibles militaires iraniennes et que l'Iran n'arrête pas d'attaquer les bases américaines, alors les parties entreront dans un conflit militaire de grande ampleur, selon le spécialiste.

«Son résultat est très facile à prédire, le pouvoir politique iranien est susceptible de subir des pertes très importantes jusqu'à son renversement. Mais la probabilité d'une telle situation est faible», a conclu le politologue chinois.

Attaque iranienne contre les bases américaines

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, les Gardiens de la révolution islamique iraniens ont mené une attaque contre deux bases américaines sur le territoire de l’Irak, dont la base aérienne Al-Asad, à l'ouest de la capitale Bagdad, et Erbil, dans le nord du pays, sur un site de la coalition internationale conduite par les États-Unis.

En soulignant que Téhéran ne cherchait pas une «escalade ou une guerre», le ministre iranien des Affaires étrangères a qualifié les frappes iraniennes nocturnes de mesure d'autodéfense.

Réaction des États-Unis

Donald Trump a annoncé sur Twitter que jusqu’à maintenant «tout va bien», en précisant que les États-Unis ont «l'armée la plus puissante et la mieux équipée au monde».

Une frappe aérienne américaine

Les attaques de missiles contre les bases américaines ont été provoquées par l’assassinat de Qassem Soleimani qui a été tué lors d’une opération menée par les États-Unis aux alentours de l’aéroport de Bagdad dans la nuit de jeudi 2 à vendredi 3 janvier – le Corps de Gardiens de la révolution islamique a précisé qu’il s’agissait d’une vengeance.

Dossier:
Nouvelle escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran (janvier 2020) (37)

Lire aussi:

Voici quand la France pourrait faire face à une deuxième vague de Covid-19, selon des chercheurs
Au moins 25 morts dans le crash d’un avion de transport militaire An-26 en Ukraine - images
Des scientifiques désignent les «responsables» de la propagation de la pandémie de Covid-19
«Le confinement a tué mon père», déclare Elie Semoun en colère
Tags:
missiles, politique, États-Unis, escalade, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook