International
URL courte
181406
S'abonner

Bagdad reprend les discussions avec Moscou pour acheter des S-300 suite aux frappes américaines, a déclaré à Sputnik le président de la commission de la défense du parlement irakien, Mohammad Ridha.

Les autorités irakiennes reprennent les négociations avec la Russie sur l'achat de systèmes sol-air S-300 et s'attendent à une opposition de la part des États-Unis, a déclaré jeudi 9 janvier à Sputnik le président de la commission de la défense au parlement irakien, Mohammad Ridha.

«Il était prévu de régler cette question depuis longtemps, il y a quelques mois, on avait besoin de ces armes après les attaques contre les bases des milices chiites Hachd al-Chaabi à Bagdad et dans d'autres provinces. Les responsables ont décidé de reprendre les négociations sur les S-300», a indiqué M.Ridha.

Selon le parlementaire, les dirigeants irakiens ont donné leur feu vert à la signature d'un contrat sur ces systèmes sol-air. Il a toutefois affirmé ne pas savoir à quelle étape étaient les discussions.

«Nous nous attendons à une opposition de la part des États-Unis dans ce domaine», a ajouté M.Ridha.

Le parlementaire a précisé que les négociations avaient été précédemment suspendues en raison de la position de Washington. Selon les médias, les États-Unis auraient menacé d'imposer des sanctions aux acheteurs de S-300.

L'Irak augmente son arsenal d'armes russes

La défense antiaérienne irakienne est déjà dotée de certains systèmes russes, mais Bagdad souhaite acheter des armes modernes, a noté M.Ridha.

Selon lui, la part des armes russes en Irak devrait dépasser 50%, car elles sont moins chères que celles fabriquées aux États-Unis.

Une frappe US en Irak qui a fait monter d'un cran la tension

Dans la nuit du 2 au 3 janvier, le Pentagone a mené une opération spéciale près de l’aéroport de Bagdad qui a entraîné la mort du général iranien Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods, unité d'élite des Gardiens de la révolution, et d’Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux des Hachd al-Chaabi. 

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, l’Iran a tiré des missiles sur les bases d’al-Assad et d’Erbil en Irak, lesquelles abritent des contingents militaires de l’armée américaine.

Lire aussi:

Un policier tué dans la Sarthe par un véhicule tentant de prendre la fuite
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Tags:
Mohammed Ridha, Russie, S-300, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook