International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
25236
S'abonner

Le Président américain a déclaré que le général iranien Qassem Soleimani préparait un attentat contre une ambassade des États-Unis et qu’il s’agissait d’un «vrai monstre» qui aurait dû être éliminé «il y a très longtemps».

Le général iranien Qassem Soleimani, éliminé le 3 janvier dans une frappe de l’aviation américaine non loin de Bagdad, avait prévu d’organiser une explosion dans une ambassade des États-Unis, a affirmé ce 9 janvier le Président américain devant les journalistes réunis à la Maison-Blanche.

Toutefois, il n’a pas précisé l’ambassade dont il parlait.

«Nous avons repéré un vrai monstre. Nous l’avons éliminé. Cela aurait dû arriver il y a très longtemps», a-t-il souligné.

Donald Trump a ajouté que la décision de tuer le général Soleimani avait été également prise après que plusieurs militaires américains ont été tués ou blessés une semaine plus tôt.

Tensions dans la région

Le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Robert O'Brien, avait précédemment déclaré que le général Qassem Soleimani tramait des attentats et se préparait «à tuer des diplomates et militaires américains, et en nombre».

Les Américains ont lancé dans la nuit du 2 au 3 janvier une opération spéciale près de l’aéroport de Bagdad et ont tué Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux des Hachd al-Chaabi, et le général iranien Qassem Soleimani, commandant de la Force Al-Qods, unité d'élite des Gardiens de la révolution.

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, deux bases militaires américaines en Irak ont été la cible de missiles. L’attaque a été revendiquée par la partie iranienne et le Pentagone a confirmé ces frappes.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
ambassade, attentat, Qassem Soleimani, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook