International
URL courte
Crash d’un Boeing ukrainien en Iran (50)
18476
S'abonner

Les agences d’État iraniennes annoncent la convocation de l’ambassadeur du Royaume-Uni, Rob Macaire, au ministère iranien des Affaires étrangères ce 12 janvier. Accusé d’avoir pris part samedi à la manifestation à Téhéran, ce dernier nie les faits.

L’ambassadeur du Royaume-Uni dans la République islamique, Rob Macaire, a été convoqué par la diplomatie iranienne ce 12 janvier, relatent des médias du pays, dont Tasnim et IRNA.

L’État lui impute la participation la veille à la manifestation à Téhéran contre les autorités. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a confirmé ce 12 janvier que son pays avait brièvement arrêté l'ambassadeur britannique en tant qu'étranger suspecté d'avoir participé «à un rassemblement illégal».

Il nie avoir pris part à une «manifestation»

L’ambassadeur a nié pour sa part avoir été dans la moindre «manifestation».

«Je peux confirmer que je n'ai pris part à aucune manifestation. Je suis allé à un événement annoncé comme une veillée pour les victimes de la tragédie (du vol) #PS752», a-t-il écrit sur son compte Twitter évoquant les rassemblements devant les universités à Téhéran.

L'UE a appelé à une «désescalade après l'interpellation de l'ambassadeur britannique», tandis que les États-Unis ont demandé des excuses de la part des autorités iraniennes.

Manifestations à Téhéran

Des centaines d’étudiants se sont rassemblés samedi 11 janvier devant les universités de la capitale iranienne pour honorer la mémoire des victimes du crash de l’avion ukrainien. Leur action s’est transformée en protestation à caractère politique, plusieurs ont réclamé des poursuites contre les responsables du drame. Selon l’agence Fars, ses participants ont été dispersés par la police.

L'Iran endosse la responsabilité du crash du Boeing ukrainien

Téhéran a ce 11 janvier reconnu avoir abattu, à la suite d’une «erreur humaine», le Boeing ukrainien. Le drame a fait 176 morts.

La veille, les autorités iraniennes avaient nié toute possibilité de tir, même accidentel, d’un missile, comme l'avaient affirmé le Canada et le Royaume-Uni.

Dossier:
Crash d’un Boeing ukrainien en Iran (50)

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Certains gels hydro-alcooliques peuvent cacher un danger mortel
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Tags:
ambassade du Royaume-Uni en Iran, Royaume-Uni, Iran, ambassadeur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook