International
URL courte
298720
S'abonner

Le ministère iranien des Affaires étrangères a critiqué la déclaration en persan que le Donald Trump avait adressé aux manifestants iraniens réunis à Téhéran, arguant qu’il n’avait pas le droit de «déshonorer» la langue persane.

Donald Trump, qui s’est adressé aux Iraniens en persan sur son compte Twitter, «déshonore» cette langue, a déclaré dimanche 12 janvier le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

«Les mains et les langues infestées de menaces, de sanctions et d'assassinats du peuple iranien n'ont pas le droit de déshonorer la langue persane. Au fait, êtes-vous vraiment "au côté" du peuple iranien, dont vous avez récemment assassiné un héros, ou "contre" lui?!», s’est insurgé M.Moussavi sur Twitter.

Manifestation à Téhéran et message de Trump

Le 11 janvier, Donald Trump a publié un message en persan, alors que des centaines d’étudiants étaient rassemblés devant l’Université Amirkabir de Téhéran pour honorer la mémoire des victimes du crash de l’avion ukrainien.

Dans sa déclaration, M.Trump a assuré le peuple iranien qu’il se tenait à ses côtés et que les États-Unis suivaient de près les manifestations dans le pays.

Selon l’agence de presse Fars, l’action de commémoration de Téhéran s’est vite transformée en manifestation à caractère politique. Des étudiants ont commencé à scander des «slogans radicaux», exigeant de limoger et de traduire en justice les coupables.

Des manifestants ont déchiré un portrait du général iranien Qassem Soleimani, tué le 3 janvier dans une frappe américaine à Bagdad. La manifestation a plus tard été dispersée par la police.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
Tags:
ministère iranien des Affaires étrangères, langue persane, langue, Iran, Abbas Moussavi, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook