International
URL courte
19591
S'abonner

Au lendemain de l’entrée en vigueur du cessez-le-feu décrété à l'initiative de la Russie et de la Turquie, l’homme fort de l’est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, et son rival de Tripoli, Fayez el-Sarraj, sont arrivés à Moscou pour les négociations.

Le chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) basé à Tripoli, Fayez el-Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar, chef de l'Armée nationale libyenne, sont arrivés ce lundi 13 janvier à Moscou pour participer aux négociations sur leur trêve, a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères.

Un cessez-le-feu à l'initiative de la Russie et de la Turquie est entré en vigueur dimanche 12 janvier en Libye après plus de neuf mois de combats meurtriers aux portes de la capitale Tripoli.

Le maréchal Haftar et Fayez el-Sarraj ont confirmé leur attachement à la cessation des hostilités.

«Dans le contexte de la réalisation des initiatives russe et turque qui ont été annoncées à l’issue du sommet d’Istanbul, des contacts interlibyens, sous l’égide des chefs de la diplomatie et de la Défense russes et turques auront lieu aujourd’hui à Moscou», a détaillé le ministère.

Il a par la suite annoncé que Fayez el-Sarraj et le général Haftar étaient arrivé à Moscou dans la matinée.

Le chef du groupe de contact russe sur la Libye, Lev Dengov a plus tôt dit ne pas savoir si les deux rivaux se rencontreraient directement.

Initiative russo-turque

Le 8 janvier, les Présidents Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan ont pris l'initiative d'appeler les deux belligérants à cesser les hostilités.

Dimanche 12 janvier, la Turquie a estimé qu'ils s'efforçaient «de respecter» la trêve, évoquant une situation «calme».

Lire aussi:

Macron avait chargé Sarkozy de transmettre une lettre secrète à Carlos Ghosn
Elle promène son chien et tombe sur un lionceau près de Perpignan – photo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Tags:
Turquie, Fayez el-Sarraj, Khalifa Haftar, Russie, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik