International
URL courte
Crash d’un Boeing ukrainien en Iran (51)
2230
S'abonner

Suite à la catastrophe du Boeing abattu par un missile iranien, la diplomatie russe a conseillé à la principale compagnie aérienne du pays de renoncer aux vols de nuit vers l’Iran, écrit la presse russe.

Le ministère russe des Affaires étrangères a recommandé à la compagnie Aeroflot d’effectuer uniquement des vols de jour entre Moscou et Téhéran, relate le quotidien russe RBC, citant des sources diplomatiques.

Cette annonce intervient suite à l’aveu de l’armée iranienne reconnaissant, le 11 janvier, avoir abattu par erreur un avion civil ukrainien le 8 janvier à l'aube. 176 personnes, majoritairement des Iraniens et des Canadiens, ont péri. RBC précise dans ce contexte qu’Aeroflot est le seul avionneur russe assurant la liaison avec Téhéran.

Commentant ces informations, le directeur exécutif de la société AviaPort, Oleg Panteleev, a indiqué que la DCA, dont le fonctionnement est basé sur les détecteurs radar, ne faisait pas de différence entre le jour et la nuit. Or, les militaires américains préfèrent porter des frappes sous le couvert de la nuit ce qui implique une pression psychologique accrue sur les troupes et augmente le risque d’erreur.

Escalade entre Washington et Téhéran

La catastrophe du vol d'Ukraine International Airlines s’inscrit dans un cadre tendu entre États-Unis et Iran, marqué par une escalade depuis l'élimination par les Américains, le 3 janvier, du puissant général Qassem Soleimani.

Le 7 janvier, les Forces armées iraniennes ont tiré des missiles sur des bases abritant des soldats américains en Irak, sans faire de victimes.

Les Pasdaran ont indiqué qu’au moment du drame, la défense du pays était en état d'alerte de niveau «guerre» par crainte d'une attaque américaine.

Dossier:
Crash d’un Boeing ukrainien en Iran (51)

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
compagnie aérienne, recommandations, crash d'avion, Aeroflot, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook