International
URL courte
13418
S'abonner

Un homme politique suédois d’origine syrienne a été interpellé pour trafic d’êtres humains. Après avoir reconnu les faits, il a évoqué l’argent comme «principale raison» de ses activités, le prix de chacun d’entre eux variant entre 1.900 et 2.860 euros selon l’âge, rapporte le journal local Expressen.

Rashad Alasaad, politique suédois originaire de Syrie, a confié avoir fait entrer clandestinement en Suède des personnes contre de l’argent. Il a été arrêté par la police.

C’est une interview en caméra cachée avec Expressen réalisée cet automne qui a mis en évidence les activités parallèles de l’élu. Dans la séquence, il s’était vanté de l’avoir fait:

«Oui, j'ai fait sortir beaucoup de gens de leur pays. Ce n'est pas difficile du tout. Permettez-moi de vous dire pourquoi je le fais. Pour être honnête, la principale raison est l'argent. Je veux de l'argent», a-t-il déclaré.

Cette séquence a permis de lancer une enquête. Selon le journal, il a publié des offres sur Facebook proposant de faire entrer des personnes depuis la Grèce en utilisant des passeports empruntés. Toujours selon la même source, le prix pour l’entrée d’un enfant était de 1.900 euros et de 2.860 pour un adulte.

Interpellation par une dizaine de policiers

Dix policiers ont procédé à l’interpellation à son domicile de cet élu de gauche qui a eu lieu le 9 janvier 2020. Le suspect a au départ nié les faits. Lors de l’interrogatoire il a confirmé être celui qui s’exprime dans l’interview, mais a continué à clamer son innocence.

Rashad Alasaad a dû quitter ses fonctions à la suite de la révélation de l’interview.

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Le nombre journalier de cas de Covid-19 en baisse en France mais toujours au-dessus de 10.000
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Tags:
migrants, police, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook