International
URL courte
16225
S'abonner

Tandis que Riyad se prépare à accueillir le prochain G20, l’ONG Reprive constate le nombre de personnes exécutées au royaume est en hausse. Cette année, il s’est monté à 184, dont trois pour des crimes commis par des mineurs, indique cet organisme des droits de l’Homme.

L’Arabie saoudite a exécuté 184 personnes en 2019, dont trois mineurs, d’après l’organisation Reprive qui s'appuie sur les annonces officielles faites par l’agence SPA. Fondé en 1999 et établi à Londres, cet organisme -qui définit son objectif comme étant la défense des droits de l’Homme-, constate une augmentation du nombre d'exécutions.

Il rappelle qu’en 2018, elles se sont montées à 149 et attire l’attention sur le fait que l’année prochaine, l’Arabie saoudite accueillera le G20. Et de pointer que c’est le plus grand nombre d’exécutions au Moyen-Orient de ces six dernières années.

Des étrangers parmi les exécutés

Au moins trois personnes ont été exécutées pour des faits remontant à leur minorité. Ainsi, Abdulkarim al-Hawaj a été décapité à 21 ans, après avoir été torturé à l’électricité. Il avait été accusé d’avoir envoyé des messages sur WhatsApp au sujet d’une manifestation antigouvernementale et arrêté à l’âge de 16 ans.

Parmi les 184 personnes exécutées, 88 étaient de nationalité saoudienne, 90 étrangers et six de nationalité inconnue, indique l’ONG. 37 ont été décapitées sur des accusations de terrorisme.

Selon les chiffres relayés par l’organisation Reprieve, 82 personnes ont été mises à mort pour trafic de drogue, 57 pour meurtre.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
mineurs, exécution, peine de mort, Riyad, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook