International
URL courte
6370
S'abonner

La décision prise par Téhéran, suite à l’assassinat du général Soleimani, de ne plus plafonner le nombre de centrifugeuses utilisées dans l’enrichissement de l’uranium, ne veut pas dire que l’Iran se retirait de l’accord nucléaire, a déclaré le directeur de cabinet du Président Hassan Rohani.

Dans une déclaration à la presse iranienne à l’issue d’un Conseil des ministres tenu mercredi 15 janvier, le directeur de cabinet du Président iranien, Mahmoud Vaezi, a affirmé que «la cinquième mesure que l’Iran avait récemment prise pour réduire ses engagements envers l’accord nucléaire ne signifiait pas son retrait de ce dernier».

«Téhéran a fait la même chose que les autres parties signataires de l'accord sur le nucléaire», a ajouté le responsable. «Ils ont préservé l'accord sur le nucléaire sans respecter leurs engagements, et nous avons également maintenu l'accord tout en arrêtant la mise en œuvre de nos obligations», a-t-il expliqué.

Le 5 janvier, Téhéran avait déclaré ne plus se sentir tenu à aucune limite «sur le nombre de ses centrifugeuses» utilisées pour la production de combustible nucléaire. La décision de l’Iran a été prise deux jours après l’assassinat ordonné par Donald Trump du général Qassem Soleimani à Bagdad, par un tir de drone américain.

La décision de Paris, Berlin et Londres

Tout en espérant «ramener l’Iran au plein respect de ses engagements au titre du JCPoA [l’accord nucléaire, ndlr]» et ne voulant pas rejoindre «la campagne visant à exercer une pression maximale contre l’Iran», la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont annoncé mardi 14 janvier leur décision de saisir la commission conjointe dans le cadre du mécanisme de règlement des différends, conformément aux dispositions du paragraphe 36 de l’accord nucléaire.

Moscou réagit à la décision de la troïka

Un fragment du Boeing ukrainien abattu en Iran
© Sputnik . Société du Croissant-Rouge de la République islamique d'Iran
Le ministère russe des Affaires étrangères s’est dit «extrêmement déçu et sérieusement préoccupé» par la décision de Paris, Berlin et Londres de saisir la commission mise en place dans le cadre du mécanisme de résolution des différends créé par l'accord de Vienne afin de contraindre l’Iran à respecter ses engagements. Le ministère rappelle que le mécanisme a été créé «à des fins complètement différentes».

Moscou estime que la décision de Téhéran de s’affranchir des limites fixées par l’accord de Vienne était une réaction aux actions des États-Unis et que le programme nucléaire iranien reste toujours sous contrôle complet et profond de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

En fin de communiqué, la diplomatie russe a exhorté la troïka européenne «à ne pas aggraver la situation et à abandonner les mesures qui remettent en question les perspectives de l'accord sur le nucléaire iranien».

Lire aussi:

Ces pays voisins de la France où des émeutes éclatent contre le durcissement des mesures - images
Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Trois scénarios à l'étude au sein de l'exécutif face à l'accélération de l'épidémie
Darmanin prédit des «décisions difficiles» pour lutter contre l'épidémie de Covid-19
Tags:
centrifugeuse, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), programme nucléaire iranien, Plan global d'action conjoint (JCPOA), nucléaire civil, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook