International
URL courte
132029
S'abonner

Le Président turc a mis en garde dans une tribune contre une résurgence du terrorisme islamiste si le gouvernement libyen siégeant à Tripoli et reconnu par l'Onu venait à être renversé, relate l'AFP.

L'Europe devrait collaborer avec la Turquie pour mettre fin au conflit en Libye, a écrit Recep Tayyip Erdogan dans une tribune paru samedi sur le site internet Politico. Cet article a été publié samedi, à la veille de la conférence internationale de Berlin sur le pays nord-africain.

«L'Europe fera face à une nouvelle série de problèmes et de menaces en cas de chute du gouvernement légitime libyen», a écrit M. Erdogan. «Les organisations terroristes comme l'EI (Daech*, ndlr) et Al-Qaïda, qui ont subi une défaite militaire en Syrie et en Irak trouveront un terrain fertile pour retomber sur leurs pieds», a-t-il poursuivi.

Le chef de l'État turc a ajouté que si l'Union européenne ne parvenait pas à soutenir de manière adéquate le Gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, ce serait «une trahison de ses propres valeurs fondamentales, y compris la démocratie et les droits de l'homme».

«Laisser la Libye à la merci d'un seigneur de guerre serait une erreur de portée historique», a-t-il ajouté, parlant du maréchal Khalifa Haftar qui a déclenché en avril 2019 une offensive pour s'emparer de la capitale Tripoli.

Après des mois de combats, qui ont fait plus de 2.000 morts, un cessez-le-feu orchestré par Vladimir Poutine et son homologue turc est en vigueur depuis le 12 janvier. Mais il est fragile et les Européens craignent une internationalisation du conflit, avec notamment l'implication de la Turquie qui a annoncé l'envoi de soldats pour soutenir le GNA.

«L'UE doit montrer au monde qu'elle est un acteur pertinent dans l'arène internationale», a encore estimé dans son article M. Erdogan.

«La prochaine conférence de paix à Berlin est un pas très significatif vers cet objectif. Les dirigeants européens devraient toutefois un peu moins parler et se concentrer sur la prise de mesures concrètes», a-t-il martelé.

Plusieurs pays seront représentés dimanche à la conférence organisée dans la capitale allemande sous l'égide des Nations unies, dont la Russie, la Turquie, les États-Unis, la Chine, l'Italie et la France.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Moyen-Orient: nouvelle guerre froide entre la Chine et les États-Unis
Tags:
Turquie, Armée nationale libyenne (ANL), Haut conseil d'État libyen, Tripoli (Libye), crise libyenne, Libye, Union européenne (UE), Europe, Europe, Recep Tayyip Erdogan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook