International
URL courte
14488
S'abonner

Les militaires américains déployés en Irak sont les «forces du bien» et Washington compte rester «ami et partenaire» de Bagdad, assure l’assistant du chef du Pentagone, Jonathan Hoffman.

Les États-Unis ne comptent pas retirer leur contingent militaire d’Irak, a déclaré l’assistant du secrétaire américain à la Défense Jonathan Hoffman. Selon lui, les troupes US stationnées dans ce pays sont les «forces du bien».

«Nous sommes toujours en négociation avec la partie irakienne. Nous souhaitons toujours rester amis et partenaires de l’Irak souverain et prospère. À l’heure actuelle, les militaires américains n’envisagent pas de quitter l’Irak», a indiqué M.Hoffman lors d’une conférence de presse.

Il a rappelé que les forces US étaient impliquées dans la lutte contre les djihadistes de Daech* sur le territoire irakien.

Pour les USA, le moment de partir «n’est pas venu»

Sur fond d’une escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran, le Parlement irakien a réclamé le 5 janvier au gouvernement l’expulsion des troupes américaines du pays.

Pour sa part, Donald Trump a estimé qu’un retrait des forces US «serait la pire chose qui puisse arriver à l’Irak». «À un moment donné, nous partirons, mais ce moment n’est pas venu», a-t-il assuré.

Selon les médias américains, le Président compte s’entretenir sur ce sujet avec son homologue irakien Barham Salih en marge du prochain Forum économique mondial à Davos.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Une rencontre entre Parly et son homologue britannique aurait été annulée sur fond de crise des sous-marins
Un homme frappé au sol par un policier lors d'une intervention en Seine-Saint-Denis, ouverture d'une enquête - vidéo
La lettre envoyée par Darmanin à la maison d’édition Nawa
Des F-35 au lieu des Rafale pour la Suisse: Paris dément avoir annulé la visite du Président helvète
Tags:
Irak, États-Unis, Pentagone, contingent militaire, retrait, lutte antiterroriste, Daech
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook