International
URL courte
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)
23248
S'abonner

En Chine, un virus inconnu a déjà causé des centaines de pneumonies et le décès de six personnes. L'épidémie a atteint la Thaïlande, le Japon, la Corée du Sud, l'Australie et la transmission entre humains est avérée. Des mesures sont en train d’être prises à travers le monde, de Bangkok à Hong Kong et de Paris à Moscou.

Le mystérieux virus apparu en Chine suscite des inquiétudes croissantes: la souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume), mais aussi d'autres plus graves comme le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère).

La Chine, touchée par cette pneumonie, a recensé ce 21 janvier deux nouveaux cas mortels, alors que de nombreux autres pays renforcent leurs contrôles face à la propagation du virus.

En France

Pour le moment, ce mystérieux virus n'a pas été identifié dans l’Hexagone. Son «risque d'introduction en France est considéré comme faible», indique Santé publique France. Néanmoins, afin d'éviter toute introduction et propagation dans le pays, la direction générale de la santé a annoncé la mise en place de plusieurs mesures, notamment au niveau des aéroports.

«Aujourd’hui, les voyageurs qui reviennent de Chine, quel que soit leur trajet, reçoivent une information sur la conduite à tenir en cas de température. Il leur est demandé, s’ils sont fébriles, se sentent mal, de ne pas se rendre aux urgences, de ne pas aller chez un médecin mais d’appeler le centre 15», a déclaré Agnès Buzyn, ministre de la Santé, sur les ondes d'Europe 1.
​«Aujourd’hui, il y a plusieurs dizaines voire plus de 100 vols par jour qui arrivent de Chine dans 12 aéroports français. Les recommandations ont été données, les personnels au sol savent exactement quoi faire en cas de fièvre de retour de Chine: c’est-à-dire mettre la personne de côté, contacter le 15, les services sanitaires et le SAMU sont parfaitement informés de la conduite à tenir».

En Russie

Après que Pékin a confirmé que ce nouveau coronavirus était transmissible entre humains, Rospotrebnadzor, l’agence fédérale de défense des consommateurs exerçant aussi ses compétences dans le domaine sanitaire et épidémiologique, a annoncé le renforcement du contrôle de la quarantaine sanitaire sur tous les points de passage frontaliers. Dans les aéroports, tous les passagers en provenance de Chine sont examinés à l'aide d’une caméra thermique capable de détecter une augmentation de la température, un des symptômes de la maladie.

En outre, l’agence a annoncé avoir déjà développé un test afin de diagnostiquer ce virus.

Le ministère de la Santé a pour sa part qualifié le coronavirus de menace biologique pour les Russes.

Aux États-Unis

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américains ont annoncé la mise en place immédiate d'un dépistage dans trois grands aéroports du pays.

Tous les passagers venus de Wuhan, en vol direct ou après une ou deux escales, seront soumis à un examen à leur arrivée à John F. Kennedy, à New York, LAX à Los Angeles et à l'aéroport international de San Francisco.

Les passagers seront examinés par les équipes médicales mais n’auront pas à subir systématiquement le prélèvement permettant de déterminer avec certitude si le sujet est porteur du virus, a indiqué Martin Cetron, directeur de l'immigration et des quarantaines pour les CDC, lors d'une conférence téléphonique.

«Sur la base des informations actuellement disponibles, le risque (que pose le virus) pour les Américains est considéré comme faible», ont souligné les CDC, qui souhaitent néanmoins «prendre des précautions».

En Chine et dans ses pays voisins

De nombreux pays d'Asie ont renforcé leurs contrôles ce 21 janvier face à la propagation de ce nouveau virus semblable au Sras. De Bangkok à Hong Kong, de Singapour à Sydney, les autorités procèdent à des contrôles systématiques à l'arrivée des vols en provenance des zones à risques.

Les autorités thaïlandaises ont mis en place des détections thermiques obligatoires dans les aéroports de Bangkok, Chiang Mai, Phuket et Krabi, pour les passagers en provenance des zones chinoises à risques. Dans un communiqué, le ministre thaïlandais de la Santé, Anutin Charnvirakul, a annoncé que ces passagers étaient contrôlés «sans exception», et placés sous observation en quarantaine pendant 24 heures s'ils présentent des signes de fièvre.

À Hong Kong, les autorités se disent elles aussi en «alerte maximale». L'aéroport de la ville, l'un des plus fréquentés du monde, procède déjà en temps normal au contrôle thermique de tous les passagers. Ceux qui arrivent de Wuhan doivent également remplir un formulaire. Ils s'exposent à des sanctions pouvant aller jusqu'à six mois de prison en cas de parjure.

Les vastes frontières terrestres de la Chine font également l'objet d'un examen minutieux.

Au Vietnam, le ministère de la Santé a proclamé un «risque d'infection élevé» et ordonné des contrôles renforcés à sa frontière nord, intense lieu de passage entre les deux pays.

Les autorités nord-coréennes ont décidé de fermer temporairement la frontière pour les touristes étrangers en raison de la propagation du virus.

Dossier:
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (672)

Lire aussi:

Plus de 20.000 manifestants pour réclamer justice pour Adama, des gaz lacrymogènes tirés
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Violent incendie dans le IIe arrondissement de Paris - vidéo
Moscou réagit à l'attaque de la police US contre une journaliste de Sputnik
Tags:
virus, Asie, États-Unis, Russie, France, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook