International
URL courte
5116551
S'abonner

Faisant allusion aux quatre cavaliers précurseurs de l’Apocalypse, Antonio Guterres a évoqué les défis auxquels est confronté le monde: tensions politiques, crise climatique, méfiance et menace du numérique.

Dans un discours tenu devant l'Assemblée générale, le chef de l’Onu a alerté le monde sur les «quatre cavaliers» qui menacent son avenir.

«Je vois "quatre cavaliers" parmi nous, quatre menaces imminentes qui mettent en danger les progrès du XXIe siècle et mettent en péril les possibilités du XXIe siècle», a déclaré Antonio Guterres mercredi 22 janvier. Ses propos ont été publiés sur le site de l’Onu.

Le premier «cavalier» revêt la forme des «tensions géostratégiques» qui ont atteint leur niveau le plus élevé depuis des années, a-t-il indiqué, évoquant des attaques terroristes et la menace nucléaire.

«Plus de personnes ont été forcées de quitter leur domicile à cause de la guerre et de la persécution qu'à n’importe quel moment depuis la Seconde Guerre mondiale», a-t-il ajouté.

Le deuxième «cavalier» a poursuivi M.Guterres est la crise climatique. Il a rappelé que la température moyenne dans le monde augmente, menaçant ainsi des millions de créatures d'extinction «Notre planète brûle», a-t-il déclaré.

Et d’ajouter, en appelant les dirigeants à œuvrer pour inverser la situation: «Le monde s’approche du point de non-retour».

Une méfiance profonde et croissante

«Le troisième cavalier est une méfiance mondiale profonde et croissante. L'inquiétude et le mécontentement agitent les sociétés du nord au sud», a poursuivi Antonio Guterres. «Comme un de nos propres rapports l’a révélé hier, deux personnes sur trois vivent dans des pays où les inégalités se sont accrues». Le chef des Nations unies a noté la méfiance à l’égard des institutions politiques, affirmant que de plus en plus de personnes remettent en question les avantages de la mondialisation.

Le quatrième et dernier «cavalier», a dit M.Guterres, est le «côté obscur du monde numérique»: la nouvelle technologie est utilisée pour commettre des crimes, attiser la haine, diffuser de fausses informations et exploiter les gens.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
Antonio Guterres, menace, ONU
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook