International
URL courte
Mort du général iranien Soleimani (94)
3616114
S'abonner

Selon le représentant spécial des États-Unis pour l'Iran, si le nouveau chef de la Force Al-Qods Ismael Qaani continue de tuer des Américains, il subira le même sort que son prédécesseur assassiné lors de l’opération américaine du 3 janvier.

Ismael Qaani, nouveau commandant de la Force iranienne Al-Qods du corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI), subira le même destin que son prédécesseur, le général Qassem Soleimani, s’il tue des Américains, a déclaré le représentant spécial des États-Unis pour l'Iran Brian Hook dans une interview au journal Asharq al-Awsat.

«Si Qaani continue de tuer des Américains, il subira le même sort. Il y a quelques années, le Président Trump a expliqué que toute attaque contre des Américains ou les intérêts américains recevrait une réponse décisive, ce que le Président a bien démontré [avec l'assassinat de Soleimani, ndlr]», a déclaré Hook.

Le représentant spécial américain pour l'Iran a également ajouté que les États-Unis continueraient de soutenir le peuple iranien en soulignant que les Iraniens ordinaires souffraient en raison de leurs dirigeants.

Assassinat de Soleimani

Le 3 janvier, les États-Unis ont mené une opération afin d’assassiner le général Qassem Soleimani en Irak. En réponse, l'Iran a attaqué des bases américaines en Irak.

L'administration américaine a justifié son opération d'assassinat de Soleimani par des attaques «imminentes» préparées par le général contre des ambassades américaines. Donald Trump a déclaré qu'il s'agissait de quatre ambassades spécifiques. Pourtant, le chef du Pentagone, Mark Esper, n'a pas confirmé ces déclarations du Président.

Dossier:
Mort du général iranien Soleimani (94)

Lire aussi:

Départ de sept nouveaux députés de LREM à l'Assemblée pour rejoindre un 10e groupe
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
La plus grande économie d’Europe au seuil d’une puissante vague de faillites
Tags:
Donald Trump, Iran, Brigades al-Qods, Qassem Soleimani
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook