International
URL courte
17454
S'abonner

L’Europe subordonnée aux États-Unis n’a rien entrepris pour soutenir le Plan d'action global conjoint sur le nucléaire iranien après que Washington s’en est retiré unilatéralement, selon le ministre iranien des Affaires étrangères.

L’Europe ne considère pas l’Iran en tant que partenaire, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, dans une interview accordée au Spiegel.

Selon lui, «les Européens n’ont rien entrepris» après la sortie unilatérale des États-Unis de l’accord nucléaire en mai 2018.

«Ils n’ont pas honoré leurs engagements. Il est grand temps que les Européens cessent d’être aussi arrogants», a-t-il lancé.

Il a signalé en outre que les pays européens n’avaient pas de «fondements légitimes» pour déposer une plainte auprès du Conseil de sécurité de l’Onu pour la non-exécution par Téhéran de ses engagements dans le cadre du Plan d'action global conjoint sur le nucléaire iranien.

Il ne suffit pas d’avoir «des yeux bleus»

«Les Européens ne peuvent pas transmettre l’affaire au Conseil de sécurité de l’Onu pour la seule raison qu’ils sont des Européens et ont des yeux bleus. Nous ne sommes pas seuls à le penser. Les Russes et les Chinois sont du même avis. Les Européens feront face à une résistance sérieuse», a promis le ministre iranien.

Il a de plus trouvé désastreuse la façon dont les Européens organisent leurs relations avec les États-Unis.

 «Les Européens sont tellement subordonnés aux États-Unis que c’est un désastre pour eux», a constaté M.Zarif.

Lancement du mécanisme de règlement des différends

Les trois États européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne) parties à l'accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 ont annoncé mardi avoir déclenché le mécanisme de règlement des différends (MRD) pour tenter de contraindre Téhéran à revenir à l'application totale de ce texte contraignant pour son programme nucléaire.

L’accord passé entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) menace de voler en éclats depuis que Donald Trump s'en est retiré unilatéralement en 2018, avant de rétablir de lourdes sanctions économiques contre l'Iran.

Berlin, Paris et Londres maintiennent qu'ils restent engagés dans l'accord, mais Téhéran les accuse d'inaction.

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
Tags:
Mohammad Javad Zarif, États-Unis, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook