International
URL courte
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (267)
10315
S'abonner

S'il est trop tôt pour quantifier l'impact économique de l'épidémie, certains secteurs (tourisme, commerce, transport) sont d'ores et déjà fortement pénalisés. Premier touché, le moteur de la consommation occupe un poids plus important que lors de la crise du SRAS.

Le coronavirus dépisté en Chine continue de se propager dans le monde et de faire des victimes non seulement dans le registre santé, mais également dans celui de l’économie.

«L'épidémie touche la Chine en plein Nouvel An lunaire, une période où les ménages dépensent plus que d'habitude en voyages, divertissements et cadeaux», a constaté un analyste chez Standard & Poor's, cité par Les Échos.

Et même s’il est encore trop tôt pour parler de sérieuses retombées économiques de l'épidémie, certains secteurs sont d'ores et déjà affectés.

Voyages et divertissements

Ainsi, de nombreux Chinois ont annulé leurs déplacements à l’occasion du Nouvel An à l’intérieur du pays. En outre, ils renoncent d’eux-mêmes à se rendre ou n’en ont pas la possibilité – vu l’interdiction faite aux agences de vendre des voyages organisés – dans plusieurs destinations privilégiées en Asie, mais aussi en France et plus particulièrement à Paris, très prisée des touristes chinois.

Alors que la ville de Wuhan, considérée comme le point de départ de l’épidémie, a été placée en quarantaine, des mesures ont été prises dans l’ensemble du pays pour éviter les rassemblements publics. Les sorties de blockbusters ont été reportées, tandis que certaines salles de cinéma ont été tout simplement fermées.

Les recettes des tickets n'ont pas dépassé le samedi 25 janvier 1,8 million de yuans dans le pays, soit environ 240.000 euros, alors qu’elles avaient constitué 1,5 milliard, soit presque mille fois plus lors du Nouvel An 2019, ont constaté les Échos.

Consommation des ménages

Toujours selon le journal qui cite des économistes, la consommation des ménages se trouvera particulièrement affectée. Évoquant l’épisode du SRAS, des analystes d'Oxford Economics ont rappelé qu’au printemps 2003, la croissance chinoise était tombée à 9,1%, mais était rapidement remontée.

Toutefois, ils relèvent certains changements dans la situation actuelle. Ainsi, la consommation chinoise occupe aujourd’hui un poids plus important dans l'économie qu'il y a 17 ans. En outre, le coronavirus se manifeste alors que l’économie chinoise traverse une phase de ralentissement et affecte la production dans la grande ville industrielle de Wuhan.

Par ailleurs, le poids de la Chine a plus que doublé depuis l'épidémie de SRAS, représentant aujourd’hui un cinquième du PIB mondial, contre 8,7% en 2003.

Le sport également touché

Enfin, l’épidémie n’est pas passée à côté du sport non plus. Le tournoi de qualification olympique de football d'Asie, que devait accueillir Wuhan, a été réattribué à l’Australie, tandis que la Fédération internationale de tennis organisera les matchs de la Fed Cup du Groupe I de la poule Asie/Océanie, au Kazakhstan.

Selon un dernier bilan, le nouveau coronavirus a fait 81 morts, tous en Chine, sur 2.744 cas recensés, dont plus d’une quarantaine à l'étranger.

Le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé qu'il effectuerait un voyage en Chine pour évoquer avec les responsables du pays les moyens de contenir l'épidémie. Afin de «limiter les mouvements de population», les autorités ont prolongé la période de congés à l'occasion du Nouvel An chinois, qui devait durer initialement jusqu'au 30 janvier, ont annoncé les médias d'État.

 

Dossier:
Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (267)

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Coronavirus: l’épidémie fait monter le cours de l’or et «la banque centrale américaine ne le veut pas»
Un grand requin blanc filmé au plus près par deux pêcheurs insouciants – vidéo
Deux militaires turcs tués dans une frappe à Idlib, 114 cibles syriennes éliminées dans une contre-attaque
Tags:
sport, tourisme, économie, Covid-19, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook