International
URL courte
12335
S'abonner

Des laboratoires fabriquant des substances toxiques fonctionnent toujours dans la région syrienne d’Idlib, et le risque de provocations persiste, selon le Centre russe pour la réconciliation.

Des combattants du groupe Hayat Tahrir al-Cham*, aidés par des Casques blancs, préparent de nouvelles provocations à l’arme chimique dans la province syrienne d’Idlib, a affirmé le chef du Centre russe pour la réconciliation en Syrie, Iouri Borenkov.

D’après lui, deux localités de la province abritent des laboratoires dans lesquelles des spécialistes «ayant suivi une formation dans plusieurs pays européens» fabriquent des substances toxiques.

«Le risque de provocations avec l’emploi de substances dangereuses persiste dans la zone de désescalade d’Idlib», a déclaré M.Borenkov lors d’un point presse.

Appel aux chefs de groupes armés illégaux

Les militaires russes ont reçu des informations selon lesquelles des stocks de substances pouvant être utilisées à ces fins, dont des bidons de chlore emportés par des Casques blancs, sont conservés dans plusieurs localités de la région, a fait savoir le major-général.

Le Centre russe pour la réconciliation appelle ainsi les chefs de groupes armés illégaux opérant en Syrie à renoncer aux provocations et à s’engager sur la voie de règlement pacifique dans les zones qu’ils contrôlent.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Plus de 800 morts dus au Covid-19 en France en 24h - vidéo
La Russie a élaboré un schéma de traitement en cas de forme grave du Covid-19
Didier Raoult: «Il faut que l’exécutif se garde de faire de la médecine à notre place»
Covid-19, en continu: les États-Unis franchissent la barre des 10.000 morts
Tags:
Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, armes chimiques, provocation, Syrie, Casques blancs syriens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook