International
URL courte
14710
S'abonner

Alors que 19% seulement des véhicules de combat d'infanterie Puma sont mobilisables dans l’armée allemande, les militaires se voient obligés de se servir de véhicules ordinaires lors des exercices, selon une information du tabloïde allemand Bild. Le problème tient à une pénurie de pièces de rechange et à de la maintenance.

Dans l’armée allemande, les véhicules de combat d’infanterie Puma ont depuis longtemps une réputation d’«enfants à problème», révèle le quotidien allemand Bild ajoutant, en se référant à des données secrètes de la Bundeswehr, que seuls 19,1% d’entre eux sont en service.

Selon des documents internes de l’armée allemande, les causes principales de cette situation sont un manque de pièces de rechange et des problèmes de maintenance.

Options innovantes suite à la pénurie de blindés

Le quotidien indique que lors de ses entraînements, l’armée opte pour des versions alternatives afin de faire face à la faible aptitude opérationnelle des Puma.

Elle recommande notamment d’envisager des «options d’entraînement innovantes». Cela veut dire que les unités motorisées ne disposant pas d’un nombre suffisant de Puma devront les remplacer par des véhicules ordinaires.

Selon Bild, certains militaires allemands ont déjà profité de cette option face à la pénurie de blindés.

Entre-temps, en 2023, l’Allemagne assumera le commandement de la Force de réaction de l’Otan et la Bundeswehr a promis d’y ajouter une brigade d’infanterie motorisée dotée de 40 Puma. Ceux-ci doivent être livrés à l’armée fin 2021. Dans le cas contraire, les soldats devraient se servir de blindés de modification précédente, comme les Marder en exploitation depuis 1971.

Lire aussi:

Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
Nice: l'une des victimes «présente un égorgement très profond de l’ordre d’une décapitation»
Tags:
pénuries, Bundeswehr (armée allemande), Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook