International
URL courte
L'Europe et le Royaume-Uni après le Brexit - 2020 (12)
141248
S'abonner

Angela Merkel s’est dit prête à des modifications du Traité de Lisbonne compte tenu du retrait britannique de l’Union européenne, pour rendre ce bloc «plus compétitif».

L’Allemagne est prête à soutenir des changements du Traité de Lisbonne qui régit actuellement le fonctionnement de l'Union européenne, alors que le Royaume-Uni a quitté l’UE, a déclaré lundi 3 février la chancelière Angela Merkel.

«Je pourrais bien imaginer des changements du traité si cela était nécessaire. Nous sommes tenus, compte tenu du départ du Royaume-Uni, de renforcer notre compétitivité et d'agir plus rapidement. Si cela implique un changement du traité, j’y suis prête», a indiqué Mme Merkel à l’issue d’une rencontre avec le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, à Berlin.

Le Brexit et la période de transition

Le Royaume-Uni s’est officiellement retiré de l’Union européenne le 31 janvier après trois tentatives infructueuses qui ont suivi le référendum sur le Brexit en 2016.

Pendant une période de transition, qui durera jusqu’au 31 décembre, Londres et l’UE doivent signer un accord régissant leurs futures relations économiques, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021, si aucun report n'est décidé.

Les membres de l’UE ont récemment appelé le Royaume-Uni à conclure l’accord avant la fin de la période de transition afin d’éviter une rupture brutale, chaotique pour l’économie.

Dossier:
L'Europe et le Royaume-Uni après le Brexit - 2020 (12)

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«L'exécutif est obligé de suivre la fachosphère», regrette le recteur de la mosquée de Pantin visée par une fermeture
Tags:
Royaume-Uni, Brexit, Union européenne (UE), traité de Lisbonne (2007), Sebastian Kurz, Angela Merkel
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook